Avec ce deuxième dimanche de l’Avent, nous ouvrons ensemble, une retraite paroissiale. Elle va être ce que chacun, et, en communauté, nous voudrons bien en faire, dans la paix et la joie de l’Esprit Saint. A la maison ou ici à la cathédrale, des temps de partages, d’enseignements et de prières vont jalonner cette semaine.

Dans l’Evangile entendu à l’instant, nous voyons apparaitre la figure de Saint Jean-Baptiste. L’Evangéliste Luc prend soin de bien nous donner des informations précises sur le contexte dans lequel le cousin de Jésus commence son ministère. Un contexte et un temps précis. Nous sommes en l’an 15 du Règne de l’empereur Tibère, dans des contrées qui formaient autrefois le Royaume d’Israël. Une date, un lieu, presque un rendez-vous ! Pour le peuple juif, l’heure de l’accomplissement des promesses a sonné.

Et voici Jean-Baptiste ! Sa mission ? Préparer le peuple à recevoir le Seigneur en prêchant un baptême de conversion et de repentance.

Par la bouche de Jean-Baptiste, l’appel à la conversion retentit dans le désert. Laissons-le retentir aussi dans nos cœurs ! Conversion, qu’est-ce que cela signifie pour nous durant ce temps de l’Avent et à l’aube de notre retraite paroissiale ?

D’abord, les mots, les verbes (préparer, aplanir, nettoyer) et les gestes de l’Evangile (la vie au désert de Jean-Baptiste, sa vêture et sa nourriture) le disent avec force. La conversion demandée est un retour à l’essentiel, ou plus précisément une recherche de l’essentiel ;. l’image du tri entre le grain et la paille peut nous aider.

  • Qu’est-ce qui dans nos vies mérite d’être brûlé ou, tout au moins, laissé de côté et qu’est-ce qui mérite d’être recueilli et cultivé ?
  • Qu’est-ce qui fait obstacle dans nos vies pour rétablir la communication avec le Seigneur ?

«La Parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie ».

Cette parole est adressée dans un temps donné, au milieu d’un peuple donné. Autrement dit, dans le concret de la vie de ce peuple. Pour nous, cela veut dire que la Parole de Dieu s’adresse à nous aujourd’hui, alors que nous ouvrons notre semaine de retraite paroissiale. Aujourd’hui, chacun est invité à changer son cœur pour permettre à Dieu d’y trouver une place, une plus large place.

Avec quelles conséquences ?

Forcément, un mouvement de dépossession de toutes nos tranquillités sociales et ecclésiales.

Jean nous fait pressentir que « se convertir » ne relève pas seulement d’une « décision » personnelle, mais d’une volonté commune de vouloir changer.

Si ma conversion personnelle s’inscrit dans une histoire, dans une relation à Dieu, elle s’inscrit aussi dans ma relation à l’Eglise, au sein de laquelle j’agis.

La réflexion synodale à laquelle nous allons prochainement être invités à participer, nous obligera à examiner nos pratiques pour mieux prendre en compte la complexité du monde dans lequel nous vivons.

Se convertir c’est consentir à toujours se remettre en question et en mouvement, quitte à se laisser déposséder de ce qu’on croit être l’essentiel pour accueillir la nouveauté qui vient de l’Esprit saint.  

Une communauté (une paroisse) qui ne change pas ses habitudes, ses routines, pas ne peut pas donner à voir le visage de Jésus au monde. La conversion missionnaire est le seul chemin de croissance de notre vie paroissiale.

  • Avoir la volonté de faire taire nos démons intérieurs.
  • Redresser ce qui est tordu dans nos vies.
  • S’efforcer de mettre en pratique la Parole de Dieu.

Frères et sœurs, préparons ensemble la route du courage par laquelle Dieu vient à nous. 

Il nous faut des Jean-Baptiste des temps modernes ! Veilleur, éveilleur, émerveilleur !

Cette semaine de retraite paroissiale vient nous rappeler l’essentiel et nous «secouer » pour avancer ensemble dans la bonne direction.

Si le Pape François nous invite «chacun à être audacieux et créatif dans ce devoir de repenser les objectifs, les structures, le style et les méthodes évangélisatrices de nos communautés », il souligne aussi que rien de cela ne peut se faire sans une rencontre personnelle et renouvelée avec notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi, celui qui a fait l’expérience bouleversante de l’amour du Christ ne peut se taire et devient missionnaire. La mission est le fruit ordinaire de la rencontre du Christ.

Puis-je vraiment vous inviter à cette retraite ? Tout le programme vous est donné sur les feuilles d’annonces. Pour chaque jour ! Puis-je insister pour que vous participiez nombreux vendredi prochain, à la soirée «dans la joie de l’Esprit Saint » («quitter nos robes de tristesses et de misères ») pour nous laisser renouveler dans l’ardeur d’être serviteur du Christ ? AMEN.

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top