Homélie prêchée aux messes de 18h30 samedi soir, 11 heures et 18h00 dimanche soir.

Un petit malin disait un jour : « Vous avez trois âges dans la vie : la jeunesse, l’âge mûr et celui où l’on vous dit que vous avez une bonne mine »

Votre curé à 50 ans aujourd’hui. Que direz-vous de lui ? Lui qui aime souvent répéter cette citation : « On n’est pas responsable de la tête que l’on a mais de celle que l’on fait » !

Après l’âge du lait et de l’enfance, après celui de la jeunesse avec ses passions…. Parfois excessives… Vient l’âge de la maturité, l’âge de celui qui apprend à écouter son cœur, à être en paix avec lui-même tel qu’il est et à aimer les autres pour ce qu’ils sont.

  • L’homme de 50 ans passe de la théorie des choses bien carrées, bien cadrées, à la pratique des rondeurs qu’il expérimente dans la négociation, l’écoute et notamment l’écoute du Christ, le Maître par excellence de l’amour. Parce qu’il sait le poids du verbe aimer,  un curé,  à plus forte raison quand il est curé de cathédrale, c’est aussi un homme de «poids » dans tous les sens  du mot …( Sourire).
  • L’homme de 50 ans tente toujours d’arrondir les angles dans la relation avec les autres, il tente d’aimer avec empathie, à demander pardon pour ses excès et ses péchés.
  • L’homme de 50 ans qui vous parle est prêtre ! Un prêtre, c’est un homme qui, un jour, a été saisi, ébloui, fasciné et appelé par cet homme de Nazareth en qui il a découvert le Fils unique de Dieu, un amour capable de le combler dans son cœur, son affectivité, son corps sexué.

Un cœur de prêtre, c’est un cœur d’homme, un cœur de chair, un cœur capable d’aimer et d’être aimé. Ce cœur d’homme est nécessairement un jour ou l’autre, un cœur blessé car celui qui ose vivre l’aventure de l’amour, celui-là apprend qu’il est une déchirure ! Un cœur de prêtre est un cœur qui saigne parfois, mais c’est d’une blessure d’amour, d’une blessure de l’Amour ! Nous qui avons été appelé au célibat, nous avons renoncé à beaucoup de choses, mais nous n’avons pas renoncé à être père, c’est impossible car nous sommes créés à l’image de Dieu ! Comme elle est belle la vocation de ceux qui ont sur terre le bonheur de révéler à leurs frères ce visage d’un Dieu qui est Amour puisqu’il est Père !

Et l’Evangile entendu à l’instant nous le démontre de la plus belle des manières ! « Effata », ouvre-toi ! Inutile de dire que cet impératif « ouvre-toi » constitue tout un programme spirituel, car la surdité concerne aussi parfois ceux qui ne veulent pas entendre, ceux qui font la sourde-oreille …..

Guérison d’un sourd-muet ! Cela nous parle (si je puis dire) à nous qui accueillons chaque dimanche les personnes sourdes et malentendantes en notre paroisse cathédrale !

La scène se passe en plein territoire de la Décapole, autrement dit chez les païens, hors du monde religieux de Jésus. Elle se déroule dans le monde tel qu’il est, dans le vaste monde qui nous entoure. C’est un monde où Dieu est mal connu mais où bien des gens aspirent à vivre davantage et à guérir.

Jésus extirpe le sourd-muet de la foule bruyante et bavarde et l’emmène à l’écart. Intéressant. Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien ! La bonté de Dieu ne se distribue pas sous les projecteurs ! Ensuite, curieux geste de Jésus, un peu «dégoûtant » (et pas très COVID aujourd’hui) : les doigts dans les oreilles, de la salive sur la langue. On n’en demandait pas tant. Il aurait pu simplement imposer les mains. Or, Jésus ne veut pas guérir de loin. Il rejoint notre humanité, souhaitant la toucher chair contre chair.

Et Jésus dit «Effata » ! Il aurait pu dire : «Entends ! Parle ! ». Mais il dit : «Ouvre-toi ! ». C’est le Ciel qui s’ouvre en cette personne sourde-muette !  Merci à l’Evangéliste Marc de nous rapporter cet « Effata », tout comme un autre jour il nous rapportera le «Talitha koum », «lève-toi ». Deux mots qu’il  nous faut entendre dans la langue de Jésus, tellement sans doute ils lui tiennent à cœur. Jésus veut que nous nous dressions sur nos pieds et que nous  nous ouvrions !

 A 50 ans, comme à tout âge, le Seigneur nous dit « ouvre-toi » ! Jésus veut agrandir, élargir notre cœur, pour le guérir de ses médiocrités. Il se bat contre ce mal qui nous habite, contre notre surdité.

« Ouvre-toi »  à la Paix, à la Vie, à l’Espérance ! Au milieu des misères et des incertitudes que nous partageons avec tous les êtres humains, nous ne cédons pas à la fatalité, nous restons debout et nous apportons le signe que l’amour est plus fort que la mort. Nous portons ce signe par notre résolution à secourir celles et ceux qui sont blessés. Nous portons ce signe par notre sérénité dans les épreuves, par notre constance dans les difficultés, par notre engagement à être des artisans de paix et non des exploiteurs de la polémique et de la haine. Nous devons être reconnus pour les services que nous rendons et nous réjouir non des belles choses que nous pouvons faire mais de ce que « notre nom soit inscrits dans les cieux ».

« Ouvre-toi » pour être serviteurs de la JOIE ! Notre joie est indissociable de la prière constante, même si elle est laborieuse. Notre joie, c’est la joie de l’amour. L’amour d’un homme et d’une femme, l’amour des enfants que Dieu donne,  l’amour des plus âgés pour la jeunesse, l’amour des jeunes pour leurs anciens. Notre joie, c’est la certitude profonde que, malgré nos faiblesses, nos lâchetés, nos pêchés même, Dieu est un roc fidèle qui ne nous fait pas défaut. Notre joie est de savoir que l’Esprit de Dieu est sur nous et qu’au terme de notre vie, il n’y aura pas rien ou quelque chose, mais Quelqu’un, le secret de notre JOIE, Christ Ressuscité.

 Quel que soit notre âge, laissons-nous entrainer par le Christ à l’écart, laissons-le toucher en nous ce qui est blessé, défiguré. Le Christ vient nous recréer, nous restaurer, nous rajeunir dans notre dignité de Fils de Dieu.

Nous resterons jeunes tant que nous resterons réceptifs ! Réceptifs à ce qui est beau, bon et grand. Réceptifs aux messages du Christ, de l’homme et de l’infini. AMEN.

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

image email

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top