Homélie du 17ème ordinaire B

25 juillet 2021 – 1ère Journée mondiale des Grands-parents et Personnes âgées

Demain, 26 juillet, nos regards seront tournés vers Sainte Anne d’Auray ! Comme chaque année, à pareille époque, nous allons faire mémoire de la mère de Marie, la grand-mère de Jésus, sainte Anne. Nombreuses seront les familles présentes sur le sanctuaire.

Ce dimanche, nous vivons la première journée mondiale des « Grands-parents et Personnes âgées », journée souhaitée et initiée par le Pape François. Pour fêter le cinquième anniversaire de l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia, le pape a décidé de consacrer une année à la Famille. Celle-ci a été inaugurée le 19 mars dernier.  C’est au cœur de cette année toute spéciale qu’est donc célébrée cette journée mondiale des Grands-parents et Personnes âgées. « Comme d’autres catégories de personnes qui n’ont pas toujours fait l’objet d’une attention pastorale adéquate, les personnes âgées ont une mission précise au sein du peuple fidèle de Dieu » précise-t-on du côté du Vatican !

Mais qu’est-ce qu’une personne âgée ? à partir de quand devient-on une personne âgée  ou considérée comme telle ? Pas facile de répondre …. car le critère de l’âge n’est pas toujours pertinent. Beaucoup de retraités gardent un dynamisme joyeux dans leur famille et dans les associations où elles ont retrouvé comme une seconde vie plus calme, plus apaisante.

Les personnes âgées auxquelles le pape François a voulu rendre hommage sont celles que la société, et nous-mêmes parfois, regardons comme « une charge ». Le pape nous invite à changer fondamentalement notre attitude à leur égard en les valorisant par une proximité réelle et affective à leurs côtés, pour les écouter, les comprendre, leur manifester notre amour et répondre à leurs besoins. Il s’agit de leur consacrer du temps et leur faire sentir qu’elles sont encore importantes et qu’elles ne sont pas seules.

L’Eglise regarde les personnes âgées avec gratitude parce que c’est grâce à elles que nous avons le bonheur d’exister et de disposer de ce que nous avons aujourd’hui : elles nous ont tant donné quand elles étaient jeunes. L’Eglise nous demande de savoir les regarder avec bonté et indulgence car leur âge avancé et les limitations qu’il entraine ne diminuent en rien leur dignité : elles sont de notre chair, elles sont un maillon de nos vies. Nous avons besoin d’elles, comme elles ont besoin de nous. Il faut tenir ensemble les deux bouts de la vie.

Pas simple de vieillir ! Pas simple de devenir fragile et vulnérable ! Pas simple de consentir à la dépendance lorsqu’un AVC ou un Alzheimer fracasse le quotidien !

Mais pas simple non plus d’avoir des parents ou des grands-parents âgés, d’accepter ou de consentir à aller les voir régulièrement, à les écouter même s’ils répètent souvent les mêmes choses, même s’ils sont dans l’amertume, les reproches, la frustration ….. Comment serions-nous si nous étions à leur place ?  ….. Vraiment pas simple d’aimer malgré tout, jusqu’au bout, jusqu’à l’extrême.

Un petit enfant, lorsqu’il a eu le bonheur de connaître ses grands-parents et d’aller en vacance chez eux, se rappellera toujours de ce qu’il a vécu à leurs côtés : les apprentissages, les partages, les confidences, les délicatesses en parole ou en silence !

La mémoire de l’enfance est solide, c’est pourquoi le Pape François, 84 ans, n’hésite pas à dire que la vocation des grands-parents aujourd’hui se résume essentiellement à 2 choses : conserver les racines et transmettre la foi aux jeunes. Les premiers mots de la foi reçus des grands-parents sont ineffaçables. Ils referont surface tôt ou tard dans leur vie.

Maintenant, regardons l’Evangile de ce dimanche : un jeune garçon, dont on ne connait ni le nom, ni la provenance. Il est le personnage central du pique-nique XXL que nous rapporte saint Jean : 5000 personnes à nourrir avant la nuit !

Alors que les apôtres sont incapables de s’en remettre à Jésus, l’enfant propose naïvement ses « cinq pains et ses deux poissons ». Il offre le peu qu’il a, au milieu d’une foule de cinq mille personnes venues entendre Jésus. « Mais qu’est-ce que cela pour tant de monde » répond incrédule André, le frère de Simon-Pierre.

Le geste de ce garçon, petit-fils de ses grands-parents, nous rappelle tout ce que nous donnons de nous-même dans la foi, malgré la pauvreté de nos moyens. Dieu est capable de transformer le peu que nous donnons, en nourriture pour la multitude. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui encore, Jésus nous associe à sa mission de nourrir les foules avec lui et ainsi participer à la surabondante générosité de Dieu pour notre monde !

Ce matin, dans l’eucharistie, nous offrons nos « cinq pains et nos deux poissons », en nous remettant au Père du Ciel, avec et pour nos personnes âgées et vulnérables.  Rendons grâce pour ce qu’elles nous ont transmis et nous transmettent encore, confions les à Dieu. Sans oublier ceux qui les soignent et les accompagnent. La vieillesse n’est pas un naufrage ; elle est le chemin qui mène au ciel. C’est un don à accueillir chaque jour que Dieu fait. AMEN.   

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

image email

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top