Fête de saint Joseph travailleur

Aujourd’hui, en ce 1er mai, nous célébrons Saint Joseph travailleur et nous entrons dans le mois traditionnellement dédié à la Vierge Marie !

Dans l’Evangile entendu à l’instant, à un des moments où Jésus retourne dans son pays, à Nazareth, et où il parle dans la synagogue, Saint Matthieu souligne l’étonnement de ses compatriotes devant sa sagesse et la question qu’ils se posent : «Celui-là n’est-il pas le fils du Charpentier ? ».

L’évangéliste souligne ainsi l’historicité de Jésus :

  • il a une mère Marie, qui est certainement « mère au foyer »,
  • il a un père charpentier qui lui transmet un savoir-faire qui requiert beaucoup d’ingéniosité et de force physique. N’oublions pas qu’à cette époque, rien n’est mécanisé !

Le pape François dans son encyclique Laudato Si’ ajoute que « Jésus vit en pleine harmonie avec la création, il  travaille de ses mains, au contact direct quotidien avec le bois pour lui donner forme. Il a sanctifié de cette manière le travail et lui a conféré une valeur particulière. » § 98

Cela doit nous rappeler la dignité et l’importance du travail, qui fait partie du plan d’amour de Dieu.

Toujours dans son encyclique Laudato Si’, le pape insiste pour rappeler que le fondement du travail s’origine dans le livre de la Genèse où Dieu donne mission à l’Homme de « cultiver et de garder la terre », ce qui signifie protéger, sauvegarder, préserver, soigner, porter du fruit. Et ce devoir de vigilance inclut celui de protéger la vie dans son intégralité, qu’elle soit végétale, animale ou humaine.

Aujourd’hui après deux siècles de développement technologique immense nous découvrons que nous avons épuisé la terre, réduit la biodiversité et pollué notre environnement par une frénésie mégalomane de surproductivité irraisonnée, dans laquelle le sens du travail a été souvent trop défiguré.

Je reprends encore l’encyclique du pape François. Je le cite :  

(§127) « Le travail devrait être le lieu du développement personnel multiple où plusieurs dimensions de la vie sont en jeu : la créativité, la projection vers l’avenir, le développement des capacités, la mise en pratique de valeurs, la communication avec les autres, une attitude d’adoration. C’est pourquoi, il est nécessaire que « l’on continue à se donner comme objectif prioritaire l’accès au travail pour tous ».
§128) « 
Cesser d’investir dans les personnes pour obtenir plus de profit immédiat est une très mauvaise affaire pour la société. » 

Alors questions :

  • Si je suis salarié, quel sens je donne à mon travail ? Pour qui et pourquoi vais-je travailler ? Comment je considère mon travail en lien avec les autres aspects de ma vie (personnelle, conjugale, familiale, loisirs, religieux, etc.,…) ? (m’enrichir toujours plus ? pouvoir acheter toujours plus ? )
  • Si je suis chef d’entreprise, artisan, commerçant, libéral, est-ce que je porte attention aux considérations éthiques des activités que je développe ? est-ce que j’ai le souci de mes collaborateurs et de mes salariés, de ma santé  ?

Qui que nous soyons, le travail devrait toujours nous remplir de dignité. Il devrait nous rapprocher de Dieu, qui, selon la Bible « est toujours à l’œuvre ».

En ce jour de la fête du travail, nous devons penser et prier pour ceux qui souffrent de ne pas pouvoir travailler et qui sont au chômage, trop souvent à cause d’une conception économiste de la société qui recherche un profit égoïste, sans tenir compte des paramètres de la justice sociale. ( relire Laudato Si § 128)

Nous devons penser et prier pour la conversion de ceux qui «dénaturent » la beauté de travail, par le harcèlement des «petits chefs », par les «petits pouvoirs installés », en pensant à ceux qui en sont victimes, je voudrais dire de ne pas perdre espoir. Saint Joseph a sûrement connu lui-aussi des moments difficiles,  mais il n’a pas perdu confiance et il a su les surmonter, certain que Dieu était toujours à ses côtés.

Nous devons penser et prier pour les chefs d’entreprises, les responsables, leurs missions n’est pas vraiment aisée aujourd’hui non plus. Délégation, reconnaissance, subsidiarité et proximité ! Un défi à relever ! Dans un monde où l’autorité du responsable n’est pas toujours aimée ou reconnue.

Nous devons penser et prier pour ceux et celles que le travail rend esclave. Tant de personnes dans le monde sont victimes de cette forme d’esclavage, où c’est la personne qui sert le travail, alors que de ce devrait être le travail qui offre un service à la personne, lui permettant de garder sa dignité.

Enfin, nous devons penser et prier pour nos jeunes. Depuis plus d’un an, ils sont désorientés, parfois déprimés, à cause des cours qu’ils reçoivent en « distanciel » et qui les privent de leurs relations habituelles de soutien et de leur réseau d’amitié. Certains vivent un énorme stress parce qu’ils savent que leur avenir dépend de la manière dont ils sauront surmonter les épreuves actuelles et vivre ces années précieuses de leur vie. J’ai envie de leur dire : «N’ayez pas peur de l’engagement, du sacrifice et regardez sans peur vers l’avenir. Réalisez vos rêves ! Entretenez l’Espérance. Nous avons besoin de vous ! Il y a toujours une lumière à l’horizon » !

Dans les dernières lignes de son encyclique Laudato Si’, le pape François a présenté Marie et Joseph comme nos protecteurs :

  • Marie qui « prend soin désormais de ce monde blessé comme elle a pris soin de Jésus » (241).
  • Joseph, cet « homme juste, travailleur, fort », qui a pris soin de Marie et de Jésus ; qui les a défendus par son travail et par sa généreuse présence. La tendresse qui émane de lui n’est pas le propre des faibles, mais le propre de ceux qui sont vraiment forts, attentifs à la réalité pour aimer et pour servir humblement. Voilà pourquoi il a été déclaré protecteur de l’Église universelle et voilà pourquoi il peut aussi nous motiver à travailler avec générosité et tendresse pour prendre soin de ce monde que Dieu nous a confié.

Sainte Vierge Marie et Saint Joseph travailleur, priez pour nous !

P. Patrice Marivin


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter

mail orange in

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top