Jour de Pâques 2021

homélie des messes de 9h30 et 17h30

Belle Vigile Pascale ici même à 6 h 30 ce matin ! Pour passer des ténèbres à son Admirable Lumière !

En ce matin de Pâques, nous pouvons imaginer ce qui se passe dans Jérusalem. La ville est encore dans la nuit, encore sous le coup de ces évènements tragiques qu’elle vient de vivre. Une femme s’aventure dans la nuit au tombeau, l’aurore pointe ses premières lueurs, le jour se lève.

Marie Madeleine découvre que le tombeau où l’on avait déposé le corps mort de Jésus est vide. C’est la grande leçon de ce matin de Pâques, puisque le Christ, confiné dans son tombeau, surveillé par des gardes, et ressuscité d’entre les morts, est sorti vainqueur. La pierre qui fermait le sépulcre a été déplacée. Nous le chantons dans la séquence de Pâques : la vie et la mort se sont affrontées dans un duel prodigieux. Le roi de la vie était mort, vivant, il règne. Et les linges vides et posés à plat du tombeau sont tout à la fois le signe de sa mort, et la preuve de sa résurrection. Le dernier mot de l’histoire appartient à Dieu, il appartient à celui qui est le Vivant.

Nous ne sommes pas réunis ce matin pour nous souvenir d’un fait divers du passé, mais pour vivre ensemble un évènement qui nous concerne tous : la résurrection du Christ. Cet évènement nous touche, tous et chacun personnellement, car il transforme notre propre manière de vivre.

Cet évènement va transformer, tout à l’heure à la messe de 11 h, Nathalie et Maksim, nos deux catéchumènes, qui vont être baptisés dans cette mort et résurrection de notre Seigneur Jésus Christ.

Saint Paul nous l’a dit dans la lettre aux Colossiens : «Nous sommes ressuscités avec le Christ ».

« Si, par le baptême dans la mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, a été ressuscité d’entre les morts. » 

La vie du Christ ressuscité nous a déjà transformés intérieurement le jour de notre baptême en faisant de nous des enfants de Dieu. Et cette transformation intérieure, elle doit se voir, elle doit se traduire dans notre façon concrète de vivre et d’agir. «Vous êtes ressuscités avec le Christ, nous dit Saint Paul, recherchez donc les réalités d’en-haut ; c’est là que  le Christ est assis à la droite de Dieu. Tendez donc vers les réalités d’en-haut et non vers celles de la Terre ».

Que sont ces réalités d’en haut ? Il ne s’agit pas de vivre dans un monde imaginaire ou d’avoir la tête dans les nuages.  Il ne s’agit pas de ne pas assumer notre humanité et de ne pas accomplir notre devoir d’état. Paul nous invite à centrer notre vie sur le Christ, à intérioriser dans nos vies la vie du Ressuscité. C’est là que se trouve la vraie joie !

Ne pas rechercher seulement les biens terrestres ou les satisfactions matérielles, mais prendre conscience que notre vie n’a de valeur et de sens que dans la mesure où elle est unie au Christ dans l’amour.

Rechercher les réalités d’en haut signifie pleinement vivre les vertus théologales que nous avons reçues au jour de notre baptême : vivre dans la foi, en union avec le Christ Ressuscité dans la louange, l’adoration et la prière ; vivre dans l’Espérance de la grâce de Dieu pour chaque instant de notre vie, et dans l’espérance de la vie éternelle ; vivre dans la charité, dans l’amour de Dieu qui nous vient du cœur de Jésus.

Saint Paul nous dit encore que les réalités d’en-haut sont aussi la bienveillance, l’humilité, la bonté, la douceur, la patience, le pardon mutuel.

Puissent ces réalités d’en-haut, ces qualités du croyant, du disciple-missionnaire, nous aider à vivre l’heure présente et à construire le monde d’après.

Christ est Ressuscité, Alléluia, AMEN.

P. Patrice Marivin