Au cours de la messe matinale du 14 octobre, à Sainte-Marthe le pape François, après la lecture de l'évangile du jour (Luc 12,1-7), a proposé un commentaire exigeant  aux fidèles présents, et, suggéré des  pistes pour un examen de conscience ...

 « Un mot que le Seigneur dit à ses disciples : « levain ». Luc écrit, rapportant l’enseignement de Jésus : « Méfiez-vous du levain des pharisiens ». Le Seigneur, a affirmé le pape, « a parlé du levain aussi dans d’autres occasions, quand il expliquait, par exemple, que le royaume des cieux était comme le levain que la femme mélange avec la farine, qu’elle pétrit et laisse grandir : c’est ainsi qu’est le royaume des cieux ». En outre, « l’apôtre Paul dit aux Corinthiens : enlevez le vieux levain et soyez un pâte nouvelle ».

Dans le passage proposé par la liturgie, « Jésus parle d’un levain qui ne fait pas le royaume des cieux, d’un mauvais levain ».  Il y a donc deux levains, un bon et un mauvais : « le levain qui fait grandir le royaume de Dieu et le levain qui donne seulement l’apparence du royaume de Dieu ». D’ailleurs, « le levain fait grandir, toujours ; et il fait grandir, quand il est bon, de manière consistante, substantielle et il devient un bon pain, une bonne pâte, il grandit bien. Mais le mauvais levain ne fait pas bien grandir.

Pour expliquer plus efficacement cette image, le pape François a choisi de faire une confidence personnelle : « Je me souviens que, pour le carnaval, quand nous étions enfants, ma grand-mère nous faisait des biscuits et c’était une pâte très fine, fine, fine, ce qu’elle faisait. Puis elle la jetait dans l’huile et cette pâte gonflait, gonflait et quand nous commencions à la manger, elle était vide ». Ces biscuits, en dialecte, s’appelaient des « mensonges ». Et c’était ma grand-mère justement qui nous en a expliqué la raison : ces biscuits « sont comme les mensonges : ils ont l’air grands, mais ils n’ont rien à l’intérieur, il n’y a pas de vérité, là, il n’y a pas de substance ».

Jésus nous met donc en garde : « Méfiez-vous du mauvais levain, celui des pharisiens ». Et ce levain « est l’hypocrisie ». Par conséquent, l’invitation du Seigneur est de bien nous garder « du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie ».

D’ailleurs, a fait observer le pape François, « bien souvent Jésus dit : ‘hypocrites, hypocrites’ aux pharisiens, aux docteurs de la loi ». Par exemple, « il suffit de lire le chapitre 23 de Matthieu : une après l’autre ». Mais en réalité, « qu’est-ce que ce mauvais levain, qu’est-ce que l’hypocrisie ? » Pour répondre, le pape a fait l’examen de « certains passages de la Bible ». Et voici que « le Seigneur se plaint avec le prophète : « Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi ». Parce que, a expliqué le pape, « l’hypocrisie est une division intérieure, on dit une chose et on en fait une autre : c’est une sorte de schizophrénie spirituelle ». De plus, « l’hypocrite est un simulateur : il a l’air bon, courtois, mais par derrière il a un poignard ». Exactement comme Hérode, a rappelé le pape, qui, effrayé à l’intérieur… il avait reçu les mages » avec « courtoisie » et « ensuite, au moment de les saluer, il dit : « allez-y et revenez me dire où est cet enfant pour que j’aille moi aussi l’adorer ». En fait, il voulait le « tuer ».

« L’hypocrite, qui a deux visages, a insisté le pape, est un simulateur. Jésus lui-même, « en parlant de ces docteurs de la loi », affirme qu’ils « disent mais ne font pas ». Et ceci « est une autre forme d’hypocrisie, c’est un nominalisme existentiel, ceux qui croient qu’en disant les choses, ils règlent tout. Non, les choses doivent être faites, pas seulement dites ». En revanche, « l’hypocrite est un nominaliste, il croit qu’en disant, on fait tout ». En outre, « l’hypocrite est incapable de s’accuser : il ne trouve jamais une tache sur lui ; il accuse les autres ». Que l’on pense, a-t-il suggéré, « à la paille et à la poutre » : c’est justement comme cela que nous pouvons décrire ce levain qui est l’hypocrisie ».

Dans cette perspective, pour comprendre ce que Jésus veut nous dire », le pape a proposé des pistes pour un véritable « examen de conscience sur notre façon d’agir dans la vie, sur notre levain » afin que « nous puissions être plus libres pour aller derrière le Seigneur et nous dire toujours la vérité ». C’est pourquoi il est important de se demander : « Comment est-ce que je grandis ? Est-ce que je grandis avec le vieux levain qui ne sert à rien ? Est-ce que je grandis comme les crêpes de ma grand-mère, vide, sans substance ou est-ce que je grandis avec le nouveau levain, celui qui fait le royaume des cieux, qui fait grandir le royaume des cieux ? Comment est mon levain ? C’est-à-dire : « Dans quel esprit est-ce que je fais les choses ? Dans quel esprit est-ce que je prie ? Dans quel esprit est-ce que je m’adresse aux autres ? Avec un esprit qui construit ou avec un esprit qui devient de l’air ?

Le pape François a suggéré aussi de ne jamais se tromper soi-même en disant : « j’ai fait ceci, j’ai fait cela ». Et il a donné plutôt l’exemple des plus petits : « Avec quelle vérité les enfants se confessent-ils ! Les enfants ne disent jamais, jamais, jamais un mensonge dans la confession, ils ne disent jamais des choses abstraites :

« J’ai fait ceci, j’ai fait cela ». Les enfants, a expliqué le pape, sont donc « concrets quand ils sont devant Dieu et devant les autres, ils disent des choses concrètes, parce qu’ils ont le bon levain, le levain qui les fait grandir comme grandit le royaume des cieux ». Le pape a ainsi conclu sa méditation en priant le Seigneur de « nous donner, à nous tous, l’Esprit Saint et la grâce de la lucidité pour nous dire quel est le levain avec lequel je grandis, quel est le levain avec lequel j’agis », pour que nous soyons toujours prêts à répondre sincèrement à cette question : « Suis-je une personne loyale et transparente ou suis-je un hypocrite ? »


L'équipe pastorale

groupe ep 2021 22 bis vignette

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top