Jésus enseigne la prière à ses disciples
Illustration : Oeuvre du peintre James Tissot

Homélie du 24 juillet 2022

Homélie 17ème dimanche du Temps Ordinaire (C)

Aujourd’hui, le Christ vient quelque peu bouleverser nos bonnes manières. « Même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut […] Demandez, on vous donnera. » Ce n’est pas vraiment la façon de faire que des parents apprennent à leurs enfants pour obtenir quelque chose. Est-ce bien élégant de passer son temps à faire des prières de demandes ?

Pourtant c’est cette attitude, qui peut sembler inconvenante, que Jésus lui-même nous invite à adopter. Qui sommes-nous pour avoir une telle attitude vis-à-vis de notre prochain et encore plus vis-à-vis de Dieu ? Comment pouvons-nous exiger quelque chose de Dieu ?

Il faut pour cela bien comprendre ce qu’est une prière de demande. S’il en est un qui a bien compris cela aujourd’hui, c’est Abraham. Abraham réalise aujourd’hui la plus grande négociation de l’Histoire Biblique en obtenant que pour 10 justes, la ville de Sodome ne soit pas détruite. Abraham est le premier homme qui ose intervenir de son propre chef dans les projets de Dieu. Il peut le faire car il a été choisi par Dieu qui a fait une alliance avec lui. « Je ne vous appelle plus serviteur mais amis car un serviteur ignore ce que fait son maître ». Dieu en nous faisant entrer dans son alliance, fait de nous ses amis. Il nous a révélé son plan d’amour pour les hommes et nous pouvons être partie prenante de ce plan de Dieu. En devenant ses amis, nous devenons en quelque sorte ses collaborateurs et donc nous pouvons discuter avec lui.

Mais Dieu va encore plus loin avec nous qu’avec Abraham car il fait de nous ses propres fils. Nous ne sommes plus de simples collaborateurs de Dieu mais nous devenons ses héritiers.

Prenons-nous toujours assez conscience de la grandeur et de la beauté de pouvoir appeler Dieu : Notre Père ? Cela peut être devenu extrêmement naturel pour nous car depuis notre petite enfance, on nous a présenté Dieu comme un Père. Pourtant c’est quelque chose de véritablement extraordinaire de pouvoir appeler Dieu : Notre Père !

En tant que chrétiens, en tant que fils de Dieu, nous sommes pleinement associés à Lui pour que se réalise son dessein d’amour. Comme Abraham, nous ne devons pas avoir peur d’importuner Dieu par nos demandes. Par contre, nous pouvons demander au Seigneur de nous aider à discerner quelles sont les justes demandes. Et au fond, quelles sont les demandes d’Abraham ? Il cherche à présenter quelques justes à Dieu pour qu’il détourne sa colère des habitants de Sodome. Il est un véritable intercesseur devant Dieu pour ses frères et sœurs.

Cette prière d’intercession est au cœur de notre mission baptismale. C’est pour cela que nous sommes appelés « prêtre » depuis notre baptême. Nous avons cette capacité d’être écouté par Dieu lorsque nous intercédons pour notre prochain. Lorsque nous prions avec la prière du Notre Père, nous ne formulons pas moins de 7 demandes au Seigneur !

La prière de demande est donc au cœur de la prière chrétienne. Lorsque Jésus nous transmet cette prière du Notre Père, il la transmet en « nous » et non pas en « je ». La prière de demande devient prière d’intercession lorsqu’elle est tournée vers l’autre. C’est pour le bien de mon frère, de ma sœur, de mon enfant que j’implore le Seigneur. Celui qui est venu déranger son ami en pleine nuit l’a fait car un autre de ses amis est arrivé de voyage chez lui. C’est donc pour son ami qu’il a formulé cette prière de demande. C’est pour nous une clé pour notre prière. Est-ce que je prends le temps de prier pour les personnes qui me sont proches ; pour mon conjoint, pour mes enfants, pour les défunts de ma famille ? Est-ce que j’arrive aussi à demander pour les personnes qui me sont plus éloignées (comme Abraham pour les habitants de Sodome) ?

Déposons toutes nos demandes, à chaque messe, sur l’autel au moment de l’offertoire. Car si Abraham a dit « Ne pardonneras-tu pas à toute la ville à cause des dix justes qui s’y trouvent » ? J’ai bien peur qu’il n’ait pas trouvé ces 10 justes…

Nous savons qu’il n’y a qu’un seul juste qui s’est offert en sacrifice, qui a donné sa vie pour que nous conservions la nôtre. Et ce juste c’est le Christ. A chaque messe nous sommes transportés au pied de la Croix où nous pouvons déposer humblement toutes nos demandes au Seigneur. Venons à la messe le cœur chargé d’intentions à déposer sur l’autel pour que le Christ, le seul juste, les présente lui-même à son Père et notre Père. Amen

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Politique en matière de cookies

Ce site web utilise des cookies qui sont nécessaires à son fonctionnement et requis pour atteindre les objectifs illustrés dans la politique de confidentialité et de gestion des cookies. Nous ne faisons pas de publicité ni de tracking. En acceptant ceci OU en faisant défiler cette page OU en continuant à naviguer, vous acceptez notre politique de confidentialité.