La Cène - Vitrail de la cathédrale de Vannes
La Cène - Vitrail de la cathédrale de Vannes

Homélie du Jeudi-Saint

Avant-hier, mardi matin, notre évêque présidait ici même la messe chrismale. Au cours de son homélie, rappelant le sens et la profondeur de la bénédiction et consécration des huiles qui servent pour les sacrements, il a appelé les prêtres et les laïcs à l’audace de la FOI (Saint Chrême), l’audace de la MISERICORDE (huile des malades) et l’audace de la MISSION (huile des catéchumènes). Tout cela dans un esprit d’Espérance et de joie !

Et nous voici, ce soir, célébrant la Cène de notre Seigneur Jésus-Christ !

«Faites cela en mémoire de moi »

«Vous devez vous laver les pieds les uns aux autres »

Deux commandements que Jésus nous rappelle. Deux commandements que Jésus transmet à ses Apôtres au moment où il va livrer sa vie pour eux et pour nous !

«Faites cela en mémoire de moi » ! Ce qu’il faut faire en mémoire de Jésus, comme nous le rapporte Saint Paul, c’est le geste de la dernière Cène que nous commémorons : Jésus prit du pain, puis ayant rendu grâces, le rompit et dit : «Ceci est mon corps, qui est pour vous, faites ceci en mémoire de moi ». L’Eglise a toujours été fidèle à ce commandement. Elle n’a jamais cessé de faire ceci en mémoire de Lui.

L’Eucharistie est la source et le sommet de votre chrétienne comme dit si bien le Concile Vatican II. Repas, festin et sacrifice où le Ressuscité de Pâques se donne à voir, à contempler et se faire nourriture pour que nous ayons la vie et la vie en abondance.  Chaque fois que la messe est célébrée, le sacrifice de la croix est rendu présent, agissant, sanctifiant, au milieu de nous. Sur la Croix et dans chacune de nos eucharisties, c’est le seul et même Jésus qui est offert et qui s’offre. Dieu se livre dans les pauvres espèces du pain et du vin, nous rappelant qu’il s’est fait pauvre, pour nous, pauvres hommes et femmes que nous sommes, afin que de sa pauvreté et de son dénuement, la vie surgisse et transfigure notre propre pauvreté.

Contempler le corps du Christ dans la célébration eucharistique ou dans l’adoration eucharistique, comme nous le ferons tout à l’heure auprès du reposoir, c’est d’abord accepter de se laisser contempler par Lui. Livré pour nous, il nous regarde comme il regardait en son temps Zachée, la femme adultère, la veuve de Naïm pleurant son fils unique mort prématurément. A eux tous, et à nous aujourd’hui, le Ressuscité livré par amour dans l’Eucharistie nous dit : «Aujourd’hui je viens chez toi ! Va et ne pèche plus, ne pleure pas ! ». Oui, en son eucharistie, c’est le Christ qui a l’initiative : «Ma vie, nul ne la prend mais c’est moi qui la donne ». Il se laisse manger, il nous contemple avant même que nous le contemplions, il nous parle avant même que nous lui parlions, et, ce faisant, il agit mystérieusement en nous pour nous façonner, tel l’argile entre les mains du potier, un cœur de serviteur !

« Faites cela en mémoire de moi »

« Vous devez vous laver les pieds les uns aux autres »

Saint Jean met en récit le lavement des pieds des disciples par Jésus. Ce geste du lavement des pieds que nous allons maintenant faire n’est pas un mime, une saynète… Ce geste n’est pas d’abord une exigence morale, mais une attitude profonde. Ce que Jésus fait ce soir-là, c’est le résumé de sa vie. Sa manière d’être Maître et Seigneur, car il l’est vraiment, c’est de s’abaisser, de servir, de se donner.

Celui qui est votre pasteur, appelé à tenir au milieu de vous la place de Celui qui sert, va honorer la présence du Christ Ressuscité en chacun des douze hommes et femmes devant qui il va s’agenouiller. Ces douze sont l’Eglise, ils sont chacun de vous, mais ils sont aussi toute l’humanité appelée à servir au nom du Christ.

La grande révolution que notre Eglise doit vivre si elle veut honorer vraiment sa mission, si elle veut vraiment se purifier, est celle du lavement des pieds. Devenons des passionnés de l’Eucharistie. Par elle, laissons-nous façonner un cœur de serviteur pour accomplir notre vocation de fidèles-laïcs, de consacrés, de prêtres, sans tentation de mépris ou de domination, de repli sur soi ou de peur.

Ayons l’AUDACE de la foi, de la miséricorde et de la mission ! Notre conversion en premier ! Celle de nous redécouvrir aimés de Dieu en Jésus qui guérit, libère et console. AMEN.

P. Patrice Marivin

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Politique en matière de cookies

Ce site web utilise des cookies qui sont nécessaires à son fonctionnement et requis pour atteindre les objectifs illustrés dans la politique de confidentialité et de gestion des cookies. Nous ne faisons pas de publicité ni de tracking. En acceptant ceci OU en faisant défiler cette page OU en continuant à naviguer, vous acceptez notre politique de confidentialité.