Homélies de Noël

Homélies de Noël

Homélie Nuit de NOEL 2021

Mes amis,

Quelle douce et belle joie que d’être ensemble ce soir pour célébrer les fêtes de la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ !

« Le Peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » avons-nous entendu à l’instant de la bouche même du prophète Isaïe.

Grâce à Dieu, NOEL n’a pas besoin d’être sauvé ( !) car c’est NOEL qui sauve ! Quand le virus de la peur et de l’indifférence prospèrent, le message humble et pacifiant de la Nativité est un antidote qui mériterait d’être prescrit sur ordonnance !

Pour sauver les hommes, Dieu n’a pas choisi de se présenter comme un pur esprit, mais de prendre chair en notre humanité, d’y prendre pied pour ainsi dire, d’y planter sa tente, par une présence ferme, stable, permanente.

Ce que nous vivons actuellement, les précarités sociales, sanitaires, les dislocations familiales, sociétales, les barrières identitaires, nous rapprochent de la Nativité historique d’il y a 2000 ans, qui s’est déroulée, elle aussi, dans la vulnérabilité d’un lendemain incertain  ….  

Aujourd’hui, le « vrai monde d’après » qu’on nous fait miroiter, n’est pas celui d’après le confinement ou de l’après virus, mais le monde d’après l’Incarnation.

« Le Peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière »

Celui qui est né il y a 2000 ans, il naît de nouveau, cette nuit, en toi, en moi, en nous et cela durera jusqu’à ce qu’il soit totalement formé en nous. La naissance de Jésus dans notre monde est de chaque lieu et de chaque instant et en chacun de celui qui veut l’accueillir.

  • Regarde-le tendre les mains vers toi. Il a besoin de toi pour vivre et exister comme artisan de paix, de justice et de miséricorde.
  • Regarde-le tendre les mains vers toi, il a besoin de toi pour continuer, jour après jour, à poser un regard neuf sur le monde. Ce sera exigeant car cet enfant réclame de toi que tu vives l’Evangile en actes et en vérité, parce que sans lui, finalement, tu ne peux vivre. Il ne connait pas le mal, ne juge pas, ne cherche pas son intérêt. Il a confiance en toi et dans les autres.

Accueillir un enfant et surtout cet enfant-là, c’est exigeant ! Loin des contes de fées ou des romans sans saveur !

Parfois, on peut être fatigué, tenté par le découragement, on veut l’envoyer promener, ce Jésus de Noël, qu’on n’a pas fait grandir en nous, tellement il est resté dans une histoire de noël qui fait rêver.

Mais cet enfant c’est Dieu fait homme. C’est le Sauveur qui a révolutionné la vie de tant de gens ordinaires ! Il n’est pas un obstacle à nos désirs les plus profonds, bien au contraire, il est celui qui vient éclairer nos doutes, affermir nos pas, nous redonner courage.

  • Ne soyons pas de ceux qui mettent Jésus de côté commme l’aubergiste de l’évangile ou de ceux qui lui interdisent une place dans la société.
  • Ne passons pas devant la crèche sans nous laisser interpeler. Ce n’est pas une naissance et un enfant ordinaires, c’est un mystère d'éternité. Notre propre mystère. 

Car cette naissance nous renvoie à la nôtre parce que nous sommes nés de lui. Cette naissance nous dit d'où nous venons et où nous allons, et elle nous rappelle que nous sommes enfants de Dieu.

Alors, toi qui es venu ce soir, si parfois tu te sens découragé, parce que tu as le sentiment de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur, regarde l’enfant de la crèche te tendre les mains, et demande-lui  de te donner son amour, sa vie, sa paix.

Prends-le simplement. Serre-le sur ton cœur. Il est un Conseiller Merveilleux, il est le Prince de la Paix. Il te dit de ne pas désespérer, de croire en la victoire de l’amour. Il te donne le Pardon. Il prend ta misère dans son cœur et ne cesse de te dire : «Tu as du prix à mes yeux et je t’aime. Ne crains pas, je suis avec toi ». Et avec lui, tu vas repartir tout à l’heure, tu essaieras d’être vrai, d’aimer sans mesure, de pardonner sans compter, de chercher Dieu dans ton cœur et de toute ton âme.

Mon frère, ma sœur : Noël ! Alleluia ! Réjouis toi de la naissance de l’Enfant Dieu dans ta vie car c’est aussi ta (re) naissance que nous fêtons ce soir. Réjouis-toi car, aujourd’hui, comme hier, Jésus est la solution la plus «radicale » qui soit à la brutalité du monde. Il est le sauveur de ton cœur comme du mien d’ailleurs. Réjouis-toi car Il est celui qui est, qui était et qui vient ! Il donne sens à notre vie, à nos croix et nous promet déjà la Vie en plénitude par-delà la souffrance et la mort.

« Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur ». AMEN. Alléluia !

P. Patrice Marivin

Homélie  Jour de NOEL

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était Dieu… Et le Verbe s’est fait chair »

Le magnifique prologue de Saint Jean que nous méditons dans l’évangile aujourd’hui, nous entraine dans la contemplation du Mystère de l’incarnation de Dieu dans notre humanité. En Jésus, c’est la vraie vie, la vraie lumière de Dieu, le Fils unique du Très Haut, qui prend chair d’homme.

Permettez-moi de vous partager la méditation qu'écrivait en 2002, le frère dominicain Jean-Pierre Arfeuil

Noël… Noël, c’est un coup de folie de Dieu !

« Ce n’était pas raisonnable en effet ! Avant, on savait où on en était : Dieu trônait au ciel et les hommes sur la terre restaient dans la précarité de leur existence pénible et éphémère.

C’était plus simple. Il fallait garder les distances, tout en maintenant des contacts : Dieu le faisait en envoyant des messagers, des anges, des prophètes, et les hommes lui répondaient en célébrant et en lui offrant des sacrifices pour l’adorer et obtenir le pardon des péchés. Chacun ainsi était à sa place ! »

Mais Dieu avait d’autre projets. De toute éternité, il avait décidé d’envoyer son Fils unique pour partager notre condition humaine.

LePère savait ce qu’il « risquait ». Mais l’amour parfois conduit à des folies. » 

Fin de citation

Oui, Noël… Noël, c’est vraiment un coup de folie de Dieu pour les hommes ...

« Et pourtant, le monde ne l’a pas reconnu. les siens ne l’ont pas reçu » nous dit Saint Jean.

Mystère de notre liberté, signe de la bonté gratuite de Dieu envers nous, ses enfants.

Remarquons au passage, que dans le coup de folie de Dieu pour les hommes, il y avait un prix à payer :

  • la longue marche difficile Marie, accompagnée de Joseph.
  • La loi implacable de l’Empereur Auguste voulant recenser le peuple, compter ses gens comme il compte ses biens !
  • le repli dans une obscure étable, faute de place dans l’auberge du coin .... et plus tard la croix ....

Mais Dieu ne calcule pas les coûts, ni les risques, lorsqu'il se donne en plénitude ! Il prend sur lui les épreuves de la condition humaine.

Dès le commencement, l’enfant qui naît n’est pas à l’abri du dur à vivre de notre condition humaine et sa vie ne sera pas un logn fleuve tranquille !

Mystère du Dieu fait homme, Mystère de Jésus Sauveur, Mystère de la Croix, Mystère de la mort et de la Résurrection du Christ. Ils sont grands les mystères qui engendrent notre foi !

  • Mais, y avait-il meilleur moyen que l’incarnation, pour nous donner à contempler l’amour de Dieu ?
  • Y avait-il un meilleur moyen pour Dieu de venir nous dire : Je t’aime, et je t’aime plus que tout au monde, comme mon enfant. Par mon Fils, dans mon Fils, tes joies et tes souffrances, si terribles parfois, sont les miennes, et ma vie mystérieusement déjà est la tienne.

Le Seigneur nous rejoint « par la chair ». Cette réalité recouvre bien plus que notre simple corps biologique. Elle comprend aussi notre langue, notre mémoire, bref, toute notre épaisseur humaine. Dieu aime cette chair pauvre, terne, cabossée. Il a racheté notre chair avec amour. Il n’a pas jugé que notre mort était indigne de Lui ! Il n’a pas estimé que nos limites étaient indignes de Lui !

Dans ce mystérieux et merveilleux échange en effet,  Pâques est comme la suite logique de NOEL. En cela, NOEL n’est pas un divertissement. Dieu prend sur Lui la mort pour que notre vie s’épanouisse en vie éternelle. La vie est fragile et la mort certaine. C’est dans ma condition mortelle que Dieu vient et il vient pour me sauver !

C’est cet amour fou que Dieu nous révèle ce matin.

Il faut regarder la crèche avec les yeux de l’enfant qui demeure en nous. C’est là que nous découvrirons ce qu’est Dieu pour nous et ce que nous sommes pour lui. Saint François d’Assise, parait-il, préférait NOEL à toutes les autres fêtes du Seigneur. Pourquoi ? Parce que, disait-il, «dans les autres fêtes aussi s’opère notre salut, mais du jour où le Sauveur naissait, il devenait certain que nous serions sauvés. »

C’est la réponse d’amour de Dieu à toutes les folies des hommes ! « De la crèche au crucifiement, Dieu nous livre un profond mystère. De la crèche au crucifiement, Dieu nous aime inlassablement ». AMEN.

P. Patrice Marivin

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Politique en matière de cookies

Ce site web utilise des cookies qui sont nécessaires à son fonctionnement et requis pour atteindre les objectifs illustrés dans la politique de confidentialité et de gestion des cookies. Nous ne faisons pas de publicité ni de tracking. En acceptant ceci OU en faisant défiler cette page OU en continuant à naviguer, vous acceptez notre politique de confidentialité.