Remise de la croix des enfants – Profession de foi des jeunes

  • Nous sommes dimanche : jour de résurrection, jour de joie, jour de paix et de repos !
  • Nous sommes le 4 octobre: aujourd’hui avec toute l’Eglise nous faisons mémoire de Saint François d’Assise.

Chers enfants, chers jeunes, je voudrais vous parler de ce saint qui a beaucoup de choses à nous dire aujourd’hui !

Jusqu’à ses 20 ans,  la vie de saint François d’Assise a été superbe : il a de beaux vêtements, des parents riches. Il ne manque de rien, tout lui sourit,  la vie est belle, son rêve est d’obtenir un titre de noblesse et d’être adoubé chevalier.

Mais, deux événements viennent bouleverser le cours de sa vie : un échec militaire suivi d’une année de prison, puis, une grave maladie.

François ne peut plus faire la fête et dépenser sans compter avec ses copains. Il en est malheureux, triste et désespéré. Confiné dans sa chambre, n’ayant rien à faire, il commence à réfléchir sur le vrai sens de sa vie, et il se rend compte que le bonheur ne se trouve pas dans les richesses qu’on gaspille.  

Un jour en regardant le jardin par la fenêtre de sa chambre, une phrase de l’évangile lui revient en mémoire  :  «  Ne vous inquiétez pas pour votre vie ….. Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit.».

Il réalise soudain que la nature dans sa beauté, sa simplicité est source de paix, de joie et de contemplation

François est bouleversé. Il a 23 ans. Dieu refait surface dans sa vie et il se laisse guider par la lecture de la Bible. Un jour qu’il prie devant le crucifix, dans une chapelle délabrée,  il croit entendre une voix qui lui dit « répare mon Église en ruine ». François pense qu’il faut faire des travaux et il décide de les effectuer avec la fortune de son père, sans réaliser que cela va provoquer un mécontentement inimaginable. Affrontant la colère de son père, François rend tout l’argent qui lui reste, se sépare de tout ce qu’il possède et dit : « Désormais je peux dire ‘notre Père qui est aux cieux’, puisque c'est à Lui que je confie mon trésor et que je donne ma foi ».

Le père de François est consterné. Il n’a pas eu besoin de déshériter son fils, puisque c’est le fils qui part de lui-même en laissant tout derrière lui. Il troque ses vêtements de luxe pour se couvrir d’une simple tunique serrée à la taille par une corde en guise de ceinture. C’est le vêtement des pauvres de son époque.

François est libre désormais. Il transforme alors sa vie, il se fait pauvre, se soucie d’annoncer les messages de joie, d’espoir et d’amour contenus dans la Bible, et de porter la paix aux gens et à toute la Création.

François suit son intuition première : la pauvreté rend libre intérieurement. Il en trouve confirmation dans l’évangile. Il va chercher à imiter Jésus pauvre mais libre. Et la pauvreté prend l’être tout entier et pas seulement l’argent.

Être pauvre, c’est n’être encombré par rien, ni par son avoir, ni par son savoir, ni par son pouvoir. C’est ne pas faire de différence entre les personnes.

C'est, avec le même respect et la même simplicité et le même amour que François traite l'évêque ou le lépreux, le chevalier ou le mendiant.

Alors, chers enfants, chers jeunes, que pouvez-vous apprendre de Saint François d’Assise ?

  • Le respect de la création. Dieu a créé le Ciel et la Terre. Il a créé les hommes et les créatures. Prenez le temps de vous arrêter, de faire silence, de regarder et de contempler.

Emerveillez-vous devant un beau paysage et devant la beauté de la nature. Vous avez entendu l’Evangile. On parle d’une vigne et de massacre. Dieu ne veut pas que l’on tue pour prendre possession des fruits de la vigne. Dieu  a donné la terre en fermage ( c'est-à-dire en location, en gérance) à tous les hommes, pour qu’elle soit gérée comme un trésor à transmettre en bon état aux générations futures, qui seront, elles-aussi, comme nous, des fils et filles bien-aimé(e)s du Père.

  • Le respect de soi. Vous qui allez faire votre profession de foi, vous portez un bel habit (le port des vêtements à l’école fait débat en ce moment…). Vous avez sur vous le plus bel habit qui soit : le vêtement blanc signe de votre baptême, signe l’amour, de la gratuité, de la résurrection de Jésus. On ne se cache pas derrière un habit. Notre corps est le Temple de l’Esprit. Apprendre à respecter son corps, son cœur, sa liberté. Le recevoir comme un véritable cadeau de Dieu.
  • Le respect de l’autre. Avec Saint François, nous apprenons la simplicité dans les relations et la bienveillance envers les autres. Le Pape dans son encyclique Laudato Si’, nous parle de «sobriété heureuse ». Et aujourd’hui, à Assise, il publie une nouvelle encyclique toute aussi essentielle : « Tutti Fratelli »,« Tous frères ». Nous sommes tous enfants d’un même Père, frères et sœurs de Jésus-Christ dans la joie de l’Esprit Saint. « Tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte » nous dit Saint Paul dans la deuxième lecture.
  • Le respect de Dieu, Dieu Créateur, Dieu Libérateur, Dieu Sauveur : chers parents ! Merci d’être là ! A travers les évènements de ces derniers mois, nous voyons bien que nous ne pouvons pas tout maitriser et tout calculer. Nous devons être interpellés par des changements de vie à opérer, concrets et pratiques. Saint Paul nous dit : « ne soyez inquiets pour rien, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes ». Vous voulez le meilleur pour votre couple, votre foyer et vos enfants ! Revenez à l’essentiel ! Il vient d’être dit.

La vie de Saint François d’Assise est un bel exemple pour nous, pour vous. Qu’est ce qui est essentiel et qu’est-ce qu’il ne l’est pas ?  « Le Christ est mon trésor » répétait inlassablement Michael Lonsdale aux personnes qui l’interrogeaient sur sa vie. Comme Françoise d’Assise, Michael Lonsdale avait consenti à laisser Dieu entrer dans sa vie, et cela a tout changé pour lui.

Chers enfants, chers jeunes, si vous voulez être heureux alors choisissez Jésus comme unique trésor. Avec lui vous pourrez rendre quelqu’un heureux, vous pourrez semer la paix et la joie autour de vous. Avec lui, pourrez aimer et  protéger la Création  toute entière avec le même élan que Saint François que nous fêtons aujourd’hui.  AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

groupe ep 2020 vignette

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top