Quelle grâce pour nous d'écouter une telle Parole de Dieu au moment même où nous clôturons notre festival missionnaire !

Cette Parole rejoint magnifiquement ce que nous avons vécu "Aller vers... Les périphéries géographiques et existentielles" (pour reprendre l'expression du Pape François) et annoncer la Tendresse et la Miséricorde de Dieu.

Les textes bibliques de notre liturgie dominicale insistent clairement sur l'universalité du Salut offert par Dieu.

  • Nous l 'avons entendu dans la première lecture. Le prophète Isaïe annonce que « les étrangers seront comblés de joie ». "La Maison du Seigneur s'appellera Maison de prière parmi toutes les nations".
  • Et dans l'épitre, nous avons entendu Saint Paul nous dire qu'il a été envoyé comme apôtre des « nations païennes ».
  • Enfin dans l'évangile.... Jésus rencontre une païenne, une Cananéenne.

Cette scène a de quoi nous surprendre ! S'y opère un RENVERSEMENT étonnant qui peut nous aider pour notre vie spirituelle.

Nous sommes là au cœur d'un vrai dialogue. Et non pas de deux monologues, ce qui se passe souvent dans nos prises de paroles. En effet, nous suivons nos idées et nous cherchons le plus souvent à les faire triompher sans prendre en compte ce qui dit l'autre. Là, nous assistons à un vrai dialogue où chacun écoute et reprend la parole à partir de celle de l'autre.

La scène se passe dans un territoire où Jésus s'est retiré avec ses disciples.  Ce territoire est même celui des premiers ennemis d'Israël lors de leur entrée en Terre Promise avec Josué...

La femme qui vient vers lui, crie en disant : "prends pitié de moi Seigneur" "Kyrie Eleison"... elle y ajoute le titre de "Fils de David" et elle explique que sa fille est tourmentée par un démon.

De manière étonnante, surprenante, voire scandaleuse, Jésus, si compatissant habituellement ne répond rien. Il faut que les disciples aillent jusqu'à lui suggérer à Jésus de répondre pour qu'il le fasse et comble du comble :  ils obtiennent une fin de non-recevoir : "Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël". Jésus se situe là dans le cadre des prophètes qui l'ont précédé, dans le cadre de l'Alliance avec un peuple, le peuple élu. La réponse qu’il fait n'est pas pour la Cananéenne, mais pour les disciples.

Alors, osons-nous mettre face à ce "non", face à ce refus de Jésus... Et regardons nos propres "non"... Ceux que nous disons, ceux peut-être que nous devrions dire et que nous n'avons pas la force de dire. Où s'enracinent nos "non" ?

Mais devant ce refus, la femme insiste : "Seigneur, viens à mon secours".

Cette fois, Jésus lui répond directement, avec une parole qui peut sembler dure : "Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens".

Autrement dit Jésus lui fait comprendre qu’il n’est pas bien d’envier les autres, notamment le statut de « Peuple élu » donné par Alliance au Peuple d’Israël". L’image du chien qui grappille sous la table exprime bien, le rang inférieur où sont placées les nations qui ne font pas partie de la lignée d’Abraham, d'Isaac et et de Jacob. 

La Cananéenne ne s'arrête pas là... Elle écoute, elle accueille et elle rebondit : "Mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maitres".

Jésus passe alors du refus à l'admiration de la foi-confiante de cette femme « païenne » qui provoque en lui un  retournement...

Silence, refus, accueil de la demande, puis dialogue pour enfin découvrir le désir fondamental de cette femme, de ne pas être discriminée en raison de son lieu de naissance.  

Tout au long de ce passage d'évangile, nous découvrons les 3 manières qu’a Jésus de découvrir la volonté du Père :

  • Il part des Ecritures, de ce qui y est dit ;
  • Il prie et écoute jusqu’au bout ;
  • Il accueille l’inattendu même venant d’une personne étrangère.

Belle lumière pour notre vie personnelle, pour notre vocation de disciples-missionnaires.

La volonté de Dieu n'est pas un plan arrêté ou un scénario écrit à l'avance qu'il nous faudrait déchiffrer, voire deviner... La volonté de Dieu, c'est que tous les hommes soient sauvés et aient part à son amour infini, sans limites, sans frontières.

Voilà...

Rendons grâce à Dieu pour cette belle semaine missionnaire !

En cette eucharistie, nous approchons du Fils de David, le Sauveur. Par la foi, nous savons que la parcelle de pain que nous allons recevoir va combler notre faim au-delà de notre désir. Elle est présence du Christ en nous.

Demandons, à la manière de la Cananéenne d’avoir une foi inébranlable, bouleversante et humble, qui ne se laisse pas décourager !

Une foi qui se traduise par une prière persévérante, importune même. Une prière qui soit un dialogue filial mais qui ne revendique aucun droit seulement celui d’être aimé de Dieu. Rien n'est dû, tout est don !  

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

groupe ep 2020 vignette

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top