Homélie prononcée par Mgr Centène au cours de la messe chrismale de ce mardi 7 avril 2020.

Mes amis, nous sommes réunis ce matin pour célébrer la messe chrismale, qui est un moment essentiel de la vie de l'église. La messe chrismale est un élément de la liturgie du Jeudi-saint, jour où nous commémorons l'institution de l'Eucharistie et donc aussi l'institution de tous les sacrements. On l'anticipe au mardi par commodité, parce que le Jeudi-saint, les prêtres sont pris dans leur paroisse et parce que les chrétiens n'iraient pas à la messe deux fois le même jour.

Mais en l'anticipant, on lui fait perdre une grande partie de son sens, parce qu'on la détache du Triduum pascal qui est l'origine matricielle de la vie chrétienne en général et de la vie sacramentelle en particulier.
La messe chrismale et la mère de toutes les célébrations liturgiques, la mère de tous les sacrements. Les huiles qui servent au baptême, à la confirmation, à l'ordination, au sacrement des malades y sont bénies ou consacrées. Les prêtres qui sont les ministres des sacrements, y renouvellent les promesses de leur engagement entre les mains de l'évêque. Tous les sacrements qui seront célébrés tout au long de l'année dans le diocèse y ont donc leur origine, et sont comme enracinés dans la messe chrismale.
Et le peuple de Dieu, qui est constitué et construit par les sacrements qui font son unité, est normalement heureux de participer à cette célébration !

Aujourd'hui, comme c'est le cas depuis le troisième dimanche de Carême, nous ne pouvons pas nous réunir normalement, librement, pour célébrer parce que nous sommes confinés. Même les prêtres ne sont pas là. Ils sont représentés par quelques-uns d'entre eux qui renouvelleront les promesses sacerdotales en leur nom.

Belle image de l'unité du Presbyterium.

Nous le voyons, la crise sanitaire grave que nous traversons a un impact sur la vie de l'Église. Et nous pouvons légitimement en ressentir une certaine frustration et beaucoup s'en inquiètent et ont l'impression que la Semaine sainte n'est pas célébrée, que Pâques ne sera pas célébré.

Bien sûr, on peut suivre des offices à la radio et même les voir sur la chaîne YouTube du diocèse, mais ce n'est pas la même chose ! L'un d'entre vous m'écrivait avant hier ne pas pouvoir se contenter de « messes virtuelles » !

Les messes auxquelles vous participez, depuis chez vous, ne sont pas des messes virtuelles ! Est virtuel, ce qui n'est pas réel.
Les messes que vous entendez en direct sont des messes réelles qui sont réellement célébrées par vos prêtres qui ont continué à célébrer fidèlement la messe pendant toute cette période. Si vous voulez regarder en différé, vous regardez le film d'une messe, mais si vous voulez regarder en Direct, vous voyez ce que le prêtre est réellement en train d'accomplir.

  • Certes, le moyen de la sono de l'église ne suffit pas pour que vous entendiez et il faut un moyen technique supplémentaire et plus performant : la radio.
  • Certes, vos lunettes ne vous suffisent pas pour voir et il faut un moyen technique supplémentaire et mieux adapté : la webcam.

Mais l'évènement que vous voyez est un évènement réel auquel vous vous associez par la prière. Même si, au lieu d'être à votre place habituelle derrière le troisième pilier à droite, vous êtes plus loin, je suis en train de célébrer la messe chrismale !

Lorsque nous réfléchissons à cette épidémie de coronavirus, nous voyons assez facilement les leçons qu'elle donne à la société : les limites qu'elle fait apparaître, les fragilités qu'elle révèle, le coût qu'elle porte au rêve de toute puissance de l'homme et à ses désirs prométhéens.

Nous comprenons qu'après, plus rien ne pourra, plus rien ne devra être comme avant, nous saisissons les conséquences civilisationnelles qu'il faudra en tirer. Nous avons peut être beaucoup plus de mal à comprendre en quoi elles interrogent l'Église, ce qu'elles remettent en cause dans notre façon de comprendre et de pratiquer la foi, et c'est normal.
On ne critique pas l'Église comme on peut critiquer la société parce qu'on ne critique pas sa mère ! Celui qui critiquerait sa mère ne jetterait pas l'opprobre sur sa mère, mais il jetterait l'opprobre sur lui même parce qu'un fils bien né, un fils digne de ce nom, ne critique pas sa mère ! Dieu ne le veut pas. « Toi donc tu honoreras ton père et ta mère ».

Mais cela ne nous empêche pas, mes amis, de nous interroger sur notre pratique, sur l'esprit qui l'anime, sur les priorités que nous nous sommes données, sur les glissements qui se sont peut être effectués.

Certes, le carême a été marqué par moins de rassemblements, moins de manifestations caritatives, de bol de riz, de courses solidaires.

  • Son impact sociologique a été moins important : est ce qu’il a été moins fécond ?
  • Il a eu moins de surface : est-ce qu'il y a eu moins de profondeur ?
  • Est-ce que chacun d'entre nous n'a pas vécu le désert ?
  • Est-ce que chacun d'entre nous n'a pas eu l'occasion de « se retrouver seul devant Dieu et devant son propre péché », selon le mot d'Adrienne von Speyr ?
  • Est ce que le carême, c'est de faire des tas de choses, ou, est-ce que le carême c'est d'aller au désert avec Jésus ?
  • Est ce que chaque baptisé ne peut pas dire avec Jésus dans l'Évangile d'aujourd'hui : « l'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction » ?
  • Est ce que chaque baptisé n'éprouve pas la présence de Dieu dans son cœur « plus intime à moi même que moi-même », comme le disait saint Augustin ?
  • Est ce que la notion de participation active des fidèles à la liturgie, demandée par le Concile, n'a pas été incomprise, dévoyée, superficialisée ?
  • Qui agit dans la liturgie ? Est-elle l'œuvre des hommes ou l'œuvre de Dieu ? Est-ce que ce sont les hommes qui se sauvent par leurs actions, ou est-ce Jésus qui les sauve par l'offrande de son sacrifice ?
  • Est ce que la messe a moins de valeur ou moins d'utilité pour le salut du monde parce que je n'y suis pas ?
  • Est ce que la messe est virtuelle parce que je suis absent ?
  • Est ce que notre façon de vivre notre foi n'a pas été marquée par un certain pélagianisme à l'heure où l'homme affirmait sa toute puissance ?
  • Est ce que ce sont nos actions humaines qui nous sauvent ou est ce que nous devons nous laisser sauver par Dieu ?

Si ce Carême 2020 nous a permis de nous poser toutes ces questions dans le secret de notre confinement, mais en Église. Peut être alors n'aura t il pas été inutile.

Pour les prêtres aussi, un petit nombre est là, mais beaucoup m'entendent, et j'en suis un, et je peux donc parler en mon nom, nous avons dû apprendre à célébrer tout seul, mais au nom de tous.

Beaucoup de gens, souvent des gens inattendus, nous ont dit « Priez pour nous ! ». Et ils nous l'ont dit parfois de façon très émouvante, avec conviction, avec une certaine détresse dans la voix, et nous avons peut être mieux compris le rôle d'intercesseur qui nous a été donné par notre configuration au Christ-prêtre le jour de notre ordination.

Il est écrit au deuxième chapitre du livre de Joël « Entre le portail et l'autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur iront pleurer et diront ‘Pitié, Seigneur, pitié pour ton peuple, n'expose pas ceux qui t’appartiennent’ ».

Et c'est ça aussi la charité pastorale.

 L'Évangile nous dit que Jésus en choisit douze pour qu'ils demeurent avec lui et pour les envoyer prêcher. Aujourd'hui, nous reconnaissons que, bien souvent, nous avons inversé ces deux termes. Nous avons plus prêché que nous ne sommes demeurés avec Jésus.

Lorsque nous sortirons du confinement et de la vie de chartreux qui nous est imposée, nous constaterons que Dieu aura beaucoup plus agi dans les cœurs que nous n'aurions pu le faire nous-mêmes par les meilleures techniques d'évangélisation.

Puissions-nous alors en rendre grâce et pas nous mettre en tête que nous aurons à rattraper le temps perdu.

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen !


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top