Fête de la Sainte Famille

Alors, parlons de nos familles ce matin !

Quelques heures après NOEL, après nous être penchés sur le Nouveau-né de Bethléem, parlons de nos familles !

  • Sont-elles belles, nos familles, comme celle de Marie et Joseph ?
  • Sont-elles un milieu propice à mettre au monde la vie ?
  • Sont-elles heureuses et "saintes", elles aussi ?

Je peux deviner que le coeur se coince chez quelques uns d'entre nous, entre ce que nous aimerions et ce qui est, entre les apparences et la réalité, car non, nos familles ne sont pas toutes exemplaires ni heureuses !

Nous savons que la famille est le terrain premier ou s'apprend l'amour ; nous comprenons que le vivre ensemble ne sera réussi en humanité que s'il l'est d'abord dans les familles ; nous croyons que quelque chose de Dieu se joue entre parents et enfants, quelque chose de sacré !

Mais nous ne rêvons pas : la vie familiale ne va pas toujours de soi, tous les enfants n'y trouveront pas les ressources pour grandir, toutes les fratries n'y réussiront pas un amour fraternel. La famille, il faut l'évangéliser.

3 points :

  1. En écoutant bien la première lecture, nous comprenons qu'il est objectivement bon de toujours honorer son père et sa mère ! Nos parents sont ce qu'ils sont ! Ils nous ont donné la vie, ils ont souvent donné le meilleur d'eux mêmes (avec leurs qualités et leurs limites) pour que nous soyons ce que nous sommes ! Que l'on soit célibataire, marié ou consacré, il est bon d'honorer ses parents ! Or, combien d'enfants ne visitent plus leurs parents, confondent le « dû » et le « don » ! « Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas pendant sa vie. Même si son esprit l'abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force ». Je sais aussi la délicatesse, l'exigence et le discernement qu'il faut pour certains afin d'accompagner la fin de fin de leurs « vieux parents ».
  2. En écoutant la deuxième lecture, Paul aux Colossiens, nous voyons bien que la matrice de la famille est le couple. "On ne se marie pas uniquement parce qu'on s'aime mais pour s'aimer et semer jusque dans l'éternité" ! Les enfants là aussi ne sont pas un « dû » mais un « don », un véritable "cadeau de Dieu". Vos enfants sont de passage, un enfant n'appartient même pas à ses parents. "Puisque vous avez été choisis par Dieu, revêtez votre coeur de tendresse et de bonté, d'humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous mutuellement et pardonnez-vous si vous avez des reproches à vous faire". Qu'il y ait entre les époux un amour vrai, sincère, un amour qui écoute, qui communique, un amour où l'on se sait aimé, honoré, reconnu non pas pour ce que l'on fait mais pour ce que l'on est.
  3. Soyons lucides ! Regardons Marie et Joseph dans l'Evangile. Comme dans toutes les familles, Marie a connu les déchirements, les angoisses. De son côté, aux difficultés qu'il rencontre, Joseph est appelé à la responsabilité. Dieu le veut debout : "Lève toi" - "Prends l'enfant et sa mère".

Joseph prend la responsabilité de sauver sa famille.  Marie, Joseph et l'enfant ont souffert mais sont restés unis. Voilà donc l'exemple d'une famille digne de ce nom.

Et dans notre vie : qu'est-ce qui se passe ? Manque d'amour, de reconnaissance, de confiance, de responsabilité ou de sérieux. Parfois ce sont encore les problèmes de santé, budgets, de conflits de générations. Que faire ou mieux comment être ?

Pas simple les styles de vie, d'accepter son enfant, son parent tel qu'il est ! Il faut mourir à soi-même pour être parent, comme pour être époux, fils ou grand-parent. Il faut respecter l'autre dans son identité qui nous échappe, et faire silence devant son mystère.

Qui es tu ? Où es-tu ? Quel est le mystère qui t'attend ? Ce sont des questions à poser avec infiniment de respect ou de bienveillance, sans curiosité, avec un peu d'inquiétude parfois mais toujours sur un fond de confiance et d'offrande.

Tenir sa place d'éducateur et de parent. Avec la JOIE de sa foi et de ses repères éthiques ou moraux qui vont avec... Avec la délicatesse de respecter le mystère de l'autre !

Quelle tâche immense que la vie familiale !

Heureux celles et ceux qui en ont une belle expérience ! Qu'ils disent MERCI à Dieu !

Courage et infinie compassion pour celles et ceux qui associent famille et désolation !

AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top