Deuxième dimanche de lAvent - année A

Il y a quelques semaines à PARIS... Deux manifestations...

  • Une liée aux mouvements sociaux que nous connaissons pour défendre la dignité du travail et la personne humaine...
  • Une autre, à la même heure, au même moment, pour défendre la nature et la Création...

Un membre de chaque groupe se retrouve ensuite, discute ensemble pour se rendre compte que « leurs revendications » sont bien complémentaires : ne jamais dissocier écologie de la nature et écologie humaine !

  • Pouvoir d'achat, fin de mois difficile.
  • Souci de la fin du monde, faim du monde....

Mêmes causes, mêmes remèdes : Une conversion écologique globale et intégrale...

1- La première lecture du livre d'Isaïe nous parle d’une nouvelle écologie des relations ! Elle nous invite à une véritable "REVOLUTION" ! Le loup habitera avec l'Agneau... Le nourrisson s'amusera sur le nid du cobra. Il n'y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer ".

Isaïe décrit un monde qui a une vision unifiée du projet de Dieu, dans lequel amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent. Dans un tel monde, rempli de sagesse, la violence et la crainte, la domination et la soif de justice n'ont plus aucune utilité, plus aucun sens. C’est un monde pacifié.

Pour y parvenir, il nous faut consentir à une révolution intérieure de paix et de réconciliation !

Cela  peut nous sembler utopique  …. et pourtant... Saint François d'Assise, que le pape Jean-Paul II a promu « patron » des écologistes, est un modèle de conversion. Il s’est réconcilié dans ses 4 relations constitutives : avec Dieu, avec les autres, avec lui-même et avec la Création !

Défendre l’homme, la vie, le progrès, la nature c’est un tout, mais pas un « fourre-tout » !

S'il est de notre devoir de protéger et de prendre soin des animaux, le monde animal n'est pas à idéaliser car le plus faible ne tient pas longtemps face au plus fort. Notre humanité ressemble trop souvent à ce règne animal où survivre face à l'agressivité et à la convoitise est une préoccupation de chaque jour. Si le loup doit un jour cohabiter avec l'agneau, cette révolution relationnelle doit commencer par se produire dans les relations humaines.

En ce qui concerne le progrès technique, il faut admettre qu’il  n'est pas mauvais en soi ! Mais il n'a pas été accompagné d’un développement éthique et moral ! « La science a fait de nous des dieux avant que nous méritions d'être des hommes » ( Jean Rostand).

Il nous faut donc retrouver la sagesse, la mesure des choses et … l’humilité ….  devant Dieu . Le péché originel décrit dans la Genèse est le péché de la transgression : « vouloir être à l’égal de Dieu », en ne respectant pas les limites fixées par le Créateur :

  • « tu peux tout faire, SAUF toucher à l’Arbre de Vie » ;
  • « tu peux manger de tous les fruits du jardin, SAUF celui de la connaissance du Bien et du Mal »

Dans notre monde d’aujourd’hui, le Bien et le Mal sont des réalités qui ont presque disparues, elles sont remplacées par des lois humaines qui fixent l’interdit et le défendu en réponse aux nécessités du moment voire aux revendications sociétales  ….

Aujourd’hui, vouloir défendre la nature ne suffit pas ;  seule une conversion intégrale permettra aux hommes de retrouver un monde plus habitable.

2- Jean-Baptiste : un homme de regard et un homme de parole

Homme de regard, il est contemplatif, il voit les choses non seulement avec du recul mais encore avec sagesse. Il voit les choses « du point de vue de Dieu ». Il est l'homme dont le désir se fond avec celui de Dieu, non pour lui tout seul, mais pour toute la communauté.

Homme de parole  il ne choisit pas de parler, sa parole est au service de l'espérance : elle est faite pour tirer ceux qui l’écoutent de leur torpeur et les faire revenir à la lumière.  Ce que Jean-Baptiste dénonce, c'est l'hypocrisie, le mensonge, la médiocrité, les futilités ….tout ce qui tue les relations harmonieuses et le « vivre ensemble ».

Il parle de jugement, de colère, de paille que brûlera le feu... Il réprimande les pharisiens et les sadducéens. Pour nous-mêmes, pour les hommes, pour la planète : voulons-nous la vie ou la mort ? Qui aura le dernier mot entre la vie et la mort, entre Dieu qui donne la vie et les forces qui veulent détruire, disjoindre, pourrir ce qui est donné ?

Interrogeons-nous : Pour quoi, pour qui est-ce que je vis ? Quel est l'axe véritable de ma vie aujourd'hui ?

Avec Saint Jean-Baptiste, se convertir, c'est-à-dire se tourner et se retourner.... Et se tourner vers Dieu, faire retour à lui. Un changement et un changement radical ! Pas un changement pour le plaisir de changer, mais un changement qui nous met dans la véritable orientation de nos vies, un retournement qui nous rend à nous-mêmes parce qu'il nous tourne vers Dieu qui est notre vie véritable.

CONVERSION et REVOLUTION...

Il y a les symptômes et les causes...

Avec la "violence" prophétique de l'Evangile, il faut savoir mettre la cognée sur certaines racines pour éliminer ce qui fait trop d'ombres dans nos vies personnelles et dans la société. Il faut laisser rentrer la lumière pour permettre aux "arbres" de demain de grandir.       AMEN

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top