Qui est mon prochain ?

Cette semaine j’ai rencontré des amis qui me disaient : « on est fâché contre le pape François ». Pourquoi ? « À cause de son voyage à Lampedusa ». En effet ce 8 juillet dernier, le pape faisait mémoire dans un message sur tweeter du 6ème anniversaire de son 1er voyage apostolique qui fut pour les migrants, qui plus est musulmans pour la plupart, entassés sur cette petite ile d’Italie.  Est-ce bien à eux que le pape devait d’abord rendre visite ?  N’est-il pas allé un peu trop loin ? C’est exactement la question du docteur de la Loi ce matin : « qui est mon prochain ? ».  C’est-à-dire : Seigneur, jusqu’où dois aller mon élan de solidarité ? Jusqu’avec qui dois-je être solidaire ?

La parabole du bon samaritain que nous venons d’entendre répond à notre question.

Tournons-nous d’abord vers cet homme blessé. Il est « tombé » de Jérusalem, c’est à dire du paradis[1], vers Jéricho qui est le plus bas point du monde. Disons qu’il a pris le mauvais chemin, et surement que nous pourrions lui faire quelques reproches à juste titre. Sur la route il s’est aussi fait attaquer par des brigands, image des mauvais esprits et des forces du mal qui rôdent autour de nous.  Mais en même temps, qui pourrait dire qu’il ne se reconnait pas, d’une certaine façon, dans le portrait de cet homme blessé, fragile, pêcheur ?

Regardons maintenant les figures du prêtre et du Lévite. Le premier ne s’arrête pas parce qu’il a probablement peur de contracter une impureté qui l’empêcherait d’exercer le culte au Temple. Il a peur pour sa réputation.  Quant au second, on s’imagine qu’il a mieux à faire que perdre un peu de temps pour aider quelqu’un.  Il est pressé. Et aujourd’hui encore il y a bien des gens qui ont faim, qui sont pauvres, qui sont malades, qui sont isolés, et qui s’éteignement petit à petit dans le scandale de l’indifférence. C’est exactement ce que le pape avait fustigé à Lampedusa, la « globalisation de l’indifférence ». Que nous ne soyons pas d’accord avec la venue de ses migrants musulmans est une chose, que nous restions indifférents à leur sort tragique en est une autre.

Alors celui que nous sommes appelés à imiter ce matin c’est ce bon samaritain, qui signifie littéralement « gardien », et qui n’est autre que le reflet du Christ. Il panse les plaies, c’est à dire qu’il pardonne les péchés, il verse du vin et de l’huile pour le guérir ses fragilités, et l’amène jusqu’à l’auberge, image de l’’Eglise et refuge des pécheurs. J’aimerai relever deux traits du bon samaritain : on nous dit qu’il fut  « saisi de compassion », c’est-à-dire littéralement « bouleversé aux entrailles ». Et qu’il « chargea [le blessé] sur sa propre monture », c’est-à-dire sur ses épaules, comme le Christ a porté nos péchés et nos souffrances dans sa propre chair.

Nous même, nous sommes souvent émus, mais cela ne nous conduit pas toujours  à « porter » notre prochain parce que nous fixons des limites à notre solidarité. C’est le problème du docteur de la Loi : il cherche une définition du prochain (« qui est mon prochain ? »), or c’est littéralement mettre une limite (« finis » en latin) au-delà de laquelle nous refusons de nous sentir concernés. Le Christ refuse de donner une définition, parce que le prochain n’est pas une affaire d’intellect mais une affaire de cœur.

Il me semble que c’est profondément le message que le pape François a voulu donner à travers sa visite à Lampedusa. Nous pouvons ne pas être d’accord avec le choix des migrants. Et sur le plan religieux, les chrétiens ne sont pas d’accord du tout avec les musulmans. Mais ils sont là, à côté de chez nous, et parce que nous portons le nom de chrétiens, nous devons être solidaires avec ceux qui sont laissés  comme « à demi-mort » sur le bord de notre chemin.

P. Antoine Le Garo

[1] Origène, Homélie sur l'évangile de Luc XXXIV


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe paroissiale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :

Autres paroisses de Vannes

Paroisse Saint-Patern
4 Place Sainte Catherine - 02 97 46 16 84

Paroisse Notre-Dame de Lourdes
50 rue de la Brise - 02 97 63 47 89

Paroisse Saint-Pie X
8 Rue Saint Pie X - 02 97 63 12 56

Paroisse Saint Vincent Ferrier
59 rue des Vénètes - 02 97 63 22 03

Paroisse Saint-Guen
28 rue Irène Joliot Curie - 02 97 47 24 26

Back to top