Mystère de pauvreté

« Tout ce que possède le Père est à moi » 

Il y a quelques années, j’avais l’habitude d’aller visiter chaque samedi les familles de prisonniers au centre pénitentiaire de Toulon. Surprise pour moi, quand j’ai découvert que pour mes amis musulmans, la Trinité était un immense scandale, une gigantesque folie.

C’est là que se pose une question : sommes-nous capables de déployer un peu notre foi en Dieu Père, Fils et Saint Esprit si un musulman nous pose la question ?  Je vous propose donc profiter de cette grande fête de la Trinité pour essayer de percer au moins un secret de ce mystère de la Trinité.

Ce secret que j’ai envie de vous faire découvrir, vous venez dans l’entendre dans la parole de Dieu « Tout ce que possède le Père est à moi » (Jn 16). Le père donne éternellement au Fils et le Fils rend éternellement au Père. C’est là un des très puissants mystères que nous révèle la Trinité : notre Dieu est pauvre ! Pauvre parce qu’il donne éternellement tout. Jusqu’à son propre Fils.

Je reviens à ma rencontre avec les musulmans. Un jour ils m’ont fait lire la liste de 99 noms merveilleux d’Allah. Connaissez-vous ? « Le tout puissant », « l’Irrésistible », « l’Omniscient », « le Majestueux », « le Vaste ». C’est très beau, mais en réalité on pourrait dire la même chose de Sadam Hussein, siégeant dans sa tour d’ivoire, autoritaire,  méprisant, avec le pouvoir d’écraser tous les hommes.

Certes les chrétiens croient aussi que Dieu est tout puissant, on le dit dans le Credo. Mais c’est un Dieu tout puissant d’amour et de pauvreté.  Notre Dieu est Unique mais il n’est pas seul. Il est Dieu mais il est amour. Il est tout puissant mais il est pauvre !

Les plus pragmatiques vont me dire : ça change quoi pour nous ? Justement, vous aurez surement remarqué qu’en ce jour de la fête de la Sainte Trinité, la sagesse de l’Eglise nous fait entendre un psaume sur l’homme, pas sur Dieu !  

Le corolaire de notre foi en un Dieu Trinité. C’est notre foi en une humanité qui est digne, et libre : « Tu as voulu [l’homme] un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur » (Prov 8). C’est parce que nous croyons que Dieu Trinité ne veut rien posséder, que nous ne craignons pas qu’il nous vole notre liberté ou notre dignité. Comme disait Benoit XVI : « Dieu ne nous enlève rien, au contraire il nous donne tout. »  Comment craindre un Dieu qui a donné son propre fils ?

On est fort loin de la soumission. Et si je traduisais littéralement le mot islam, je dirai qu’on est fort loin d’une humanité « soumise aux ordres de Dieu ». Le Dieu Trinité ne nous a pas établis dans la soumission mais dans la coopération.

Ce mystère d’un Dieu pauvre et d’un homme libre est fort bien illustré à travers l’exemple de la vie de saint François d’Assise.

Vous connaissez sûrement sa vie dans les grandes lignes : un jeune riche et ambitieux. Il  n’a qu’une chose en tête c’est la conquête du monde. Il dira même à ses amis : « un jour le monde entier me connaitra ». Mais sa rencontre avec Dieu Trinité lui fait découvrir une toute autre réalité. Et saint François se met à embrasser la pauvreté avec une immense passion, elle devient sa fiancée, son épouse.  Si « Dame pauvreté » finit même par prendre la place de Dieu dans sa vie, c’est parce qu’il a compris que la pauvreté c’est Dieu lui-même. « Tout de ce qui est à moi est à toi » (Jn 17). C’est dans cette vocation à tout donner, à être pauvre parce tout donné, que saint François a trouvé la liberté.

Voilà donc ce que vous pourrez dire du mystère de la Trinité à nos amis musulmans. La Trinité nous révèle le mystère d’un autre nom de notre Dieu : Le Pauvre. C’est une révélation « qui met fin  à tout ce qui fait de Dieu une caricature et de l’homme un esclave »(Zundel).

Père Antoine Le Garo