Aujourd'hui est un jour de GRACE pour notre Eglise universelle et pour notre paroisse.

Tout d'abord, nous célébrons le dimanche de la Miséricorde Divine, fête instituée par le Pape Jean-Paul II, le 30 avril 2000, à l'occasion de la canonisation de Soeur Faustine.

Ensuite, par providence, certains d'entre nous, ici même, vous recevoir dans quelques instants le sacrement des malades.

Enfin, nous inaugurons officiellement ce que votre curé a dans le coeur depuis des mois, que notre paroisse cathédrale devienne encore et toujours plus un lieu de sollicitude et d'attention à l'égard de ceux qui souffrent ou qui ont de la peine, en instaurant - entre autres - une prière de louange pour les malades et ceux qui les accompagnent chaque deuxième mercredi du mois.

Le mot "miséricorde" désigne, en hébreu, le coeur profond, les "entrailles" qui frémissent sous le coup de la douleur et de la peine. La Miséricorde apparait comme l'attachement profond d'un être pour un autre et particulièrement de Dieu pour les hommes. Dans notre vie, Dieu est toujours avec nous et quand nous souffrons, il souffre avec nous, il est bouleversé par nos malheurs, nos souffrance et notre condition d'homme pécheurs. C'est pour cela que dans un grand mouvement d'amour pour nous, le Père nous a envoyé son Fils qui nous a manifesté sa tendresse, nous a témoigné sa miséricorde, nous a obtenu le pardon de nos manquements et de nos péchés.

Dans l'Evangile, le Christ Ressuscité accède à la demande de Thomas en lui permettant de toucher la marque des plaies, mais contrepartie, il lui dit : « Cesse d'être incrédule, sois croyant ». Comme en écho à cette parole, Jésus affirmera à Sainte Faustine : « Toute âme qui croit et a confiance en ma Miséricorde, l'obtiendra ».

PARDON et RESURRECTION (MISERCORDE et PAIX) sont les deux poumons de la vie chrétienne car ils disent la victoire du pardon sur le mal et de la résurrection sur la mort.

Le mal et la mort... Ce sont là deux questions ultimes sur lesquelles l'homme n'a cessé de buter et de se « casser les dents » !  Et voici qu'à Pâques, le pardon et la résurrection nous ouvrent un avenir où ce sont l'amour et la vie qui triomphent.      

En ce sens, et pour reprendre une expression de Benoît XVI : « la mort et la résurrection du Christ constituent un évènement qui a changé le cours de l'histoire ».

En ce dimanche de la Miséricorde Divine, entourant de notre affection et de notre prière nos amis qui vont recevoir le sacrement des malades, au cours de cette eucharistie, je voudrais vous expliquer comment notre paroisse cathédrale peut devenir vraiment « un sanctuaire », une sorte d'hôpital où l'on viendrait chercher un réconfort, un relèvement, une guérison peut-être, par le sacrement de la réconciliation puisque le « salon de beauté » est ouvert tous les jours …

Comme vous avez pu le lire dans l’édito, nous avons programmé dans l’agenda paroissial une soirée de prière chaque deuxième mercredi du mois, de 20h30 à 22 h, et cette soirée sera précédée, le dimanche d’avant, par un temps de louange de 10h35 à 10h55, afin que la prière pour les malades irrigue pleinement notre mission et nos fraternités paroissiales.

Pourquoi  « la louange » ? Parce que la louange est l'arme du courage de vivre. Elle donne la force de marcher jusqu'au bout sur le chemin de notre vie, avec le Christ pour compagnon. Et elle ouvre à l'espérance dans la puissance de l'amour. « Oui, dans la joie vous partirez, vous serez conduits dans la paix ! » (Isaïe 55, 12)

Pourquoi  « prier pour les malades » ? Parce qu’ils sont éprouvés dans leur corps, leur âme et que leurs journées devenues parfois insipides est une épreuve. Le fondement principal de la prière pour les malades est la foi en Jésus-Christ Sauveur qui a affirmé être venu sur la terre « non pour les bien-portants mais pour les malades ».

Pourquoi prier « pour ceux qui les accompagnent » ? Parce que les aidants, les accompagnants sont, eux-aussi, éprouvés. Ils n’ont plus une vie « comme avant ». Ils souffrent de voir souffrir le parent ou l’ami qu’ils aiment. Et ils souffrent aussi et de ne pas pouvoir répondre à tout ce qu’on attend d’eux. Notre prière de soutien doit les aider à tenir bon dans la durée et à persévérer dans la confiance et la paix. C’est fondamental.

Voilà... « La Miséricorde du Seigneur à jamais je la chanterai ! »

Aujourd'hui est vraiment un jour de grâce pour notre paroisse ! Goûtons et savourons ! AMEN.

P. Patrice Marivin


Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top