2ème dimanche de Carême

Regarde le ciel !

Ce matin, le Seigneur vient purifier notre regard. « Regarde le ciel » dit le Seigneur à Abraham dans le désert. « Regardez bien ceux qui se conduisent selon l’exemple » dit Saint Paul aux chrétiens de la ville de Philippes. Et puis ces trois compères Pierre, Jacques, et Jean sur les cimes peut-être enneigées du Mont Hermon, – si c’était aujourd’hui on pourrait les imaginer sur un télésiège - d’un coup captivés par le visage transfiguré du Maitre : « ils virent la Gloire de Jésus ».

On se dit qu’on aimerait bien savoir ce qu’ils ont vu ! Et j’aimerais mêler la Parole de Dieu à l’actualité de l’Eglise pour purifier notre regard sur le célibat pour le royaume des cieux. Qu’ont-ils vu ? Peut-être ce que vos yeux devraient voir en se posant sur vos prêtres, en se posant tout spécialement sur leur célibat pour le royaume des cieux :

Il y a d’abord à voir la Prière. Quand Jésus manifeste d’un coup son visage transfiguré, il n’est pas en train de faire du ski ! Il est en train de prier : « pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante ». Dites-vous bien que lorsque vous regardez le célibat d’un prêtre, lui aussi vous montre sa prière. Parce que le célibat est impossible sans la prière.  Je me permets un témoignage. Tous les matins, de 7h30 à 8h30 je prie une heure en silence dans la chapelle de l’ancien Carmel, seul avec mon Seigneur. Si je n’avais pas ce moment d’intimité, en 7 ans de séminaire et même en 9 mois de sacerdoce, jamais je n’aurai pu tenir fermement ce vœu. Si vous voulez bien regardez avec bienveillance mon célibat, dites-vous que ce que je vous montre alors, c’est que la prière est le cœur de la vie.

Il y a aussi à voir un Avenir. « Compte les étoiles, si tu le peux... […] Telle sera ta descendance ». J’aimerais traduire : regarde le célibat du prêtre, tel sera ton avenir. La joie de se donner à Dieu et à fond est notre avenir à tous. On sait tous que ce n’est pas facile de tout donner à Dieu, mais je vous jure que je me couche chaque soir en disant un immense : MERCI SEIGNEUR. MERCI d’être ton « époux » disait saint Jean, d’être ton « esclave » disait le Père Grignon de Montfort, d’être ton « petit rien » disait sœur Mariam de Bethléem. Le célibat nous dit que c’est notre avenir à tous d’être un jour tout à Dieu, de pouvoir dire MERCI SEIGNEUR parce que je suis tellement heureux de t’appartenir à fond, d’appartenir tout à l’Amour.

Il y a encore une dernière chose à voir dans le célibat. Vous avez remarqué ce qui se passe quand Jésus apparait transfiguré auprès de Moise et d’Elie. Les trois discutent entre eux ! De quoi ? « Du départ [du Christ] qui allait s’accomplir à Jérusalem. ». Le mot « départ » traduit littéralement le mot « Exode », c’est-à-dire cette épreuve du désert pour les hébreux qui les arrache à l’esclavage mais pour la liberté. L’Exode c’est aussi la croix du Christ qui arrache le monde des ténèbres à la lumière. Le célibat montre précisément la Croix. C’est difficile de s’arracher au rez-de-chaussée, voire au sous-sol de notre vie intérieure, nous le savons bien. Vivre à l’étage du dessus, c’est au prix de l’offrande de sa vie. Vous le savez tous, vous qui vous donnez à votre conjoint, votre époux, vos collègues, vos amis, à travers parfois l’épreuve de la maladie, de la séparation etc. Pour les prêtres, notre célibat est notre participation à ce chemin de croix pour la gloire de Dieu.

Voilà donc ce que montre le célibat des prêtres : la prière, l’avenir et la croix.  Voilà donc ce qu’ont probablement contemplé Abraham, des disciples de Paul et des apôtres du Christ : la prière, l’avenir, et la croix.

Seigneur nous te prions de venir purifier notre regard. Qu’il soit capable de toujours discerner ta gloire à travers le célibat pour le royaume des cieux, malgré les très lourds scandales et contradictions dans notre Eglise aujourd’hui.

P. Antoine Le Garo