Pourquoi  fêter la « Saint Valentin » à l'église ?

Question entendue la semaine dernière ! Alors, tentons d'y répondre ! Sourire !

Passer un bon dîner entre amoureux permet de créer un moment de qualité. C'est une manière de prendre du temps pour son couple !

Renouveler la magie de l'amour romantique, pourquoi pas, à condition de sortir d'un sentiment un peu égocentrique à deux, centré sur son plaisir immédiat, pour un amour d'attachement plus incarné.

Pour dépasser le côté un peu superficiel de la Saint-Valentin, on peut s'entrainer à communiquer sur des aspects plus profonds de son couple. Si nous prenons l'habitude de nous écouter, de nous parler, de nous pardonner lors des moments sereins, il sera alors plus facile de le faire lors des crises.

« Il est nécessaire de créer des espaces pour communiquer cœur à cœur », affirme le Pape François dans Amoris laetitia. Les couples en ont besoin pour durer.

Fabriquer de l'intimité avec ces instants de connivence permet de passer de la passion à l'amour.

Ce dimanche, nous rendons grâce pour les couples unis dans le sacrement du mariage ! Pour leur joie, leur conversion, leur sanctification, leurs enfants, leur mission !

Dans ses catéchèses sur le mariage, Jean-Paul II souligne combien la vocation centrale des époux est de former « une seule chair ». Au fil de ses méditations, il en vient à constater que le couple uni dans le Christ devient « en un sens, un seul sujet, une personne, un être ». Si les trois personnes divines sont singulières dans leur identité propre, la Trinité est l'Être divin en plénitude. De même, le couple uni par Dieu devient image et comme sacrement de ce Un trinitaire.

Cette réalité ouvre pour nous une perspective très éclairante sur le mariage ; elle signifie  que le « une seule chair » conjugal s'accomplit dans les trois dimensions anthropologiques de l'être humain : le cœur, l'âme et l'esprit.

Jean-Paul II confirme cet appel des époux à devenir ce UN en affirmant qu'ils « s'appartiennent spirituellement l'un à l'autre », conformément à leur engagement lors du mariage : « devant Dieu, avec le Christ,  je me donne à toi, je te reçois ». Ainsi, s'appartenir mutuellement  - corps, cœur et âme - est une réalité indélébile du mariage, attestée par Jésus lui-même : « Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni ». 

Dans un couple, la vie n’appartient pas à chacun séparément, mais aux deux ensemble. Ensemble, les conjoints cheminent vers le Ciel, ensemble ils traversent les joies et les combats du jour, ensemble ils reçoivent les grâces de Dieu, ensemble ils tissent chaque jour leur union dans le Christ.

C'est une bénédiction pour notre époque d'avoir à redécouvrir la beauté du sacrement du mariage à travers la fête de la Saint Valentin qui, par la providence du calendrier, tombe un DIMANCHE, cette année ! 

Merci Saint Valentin !

P. Patrice Marivin