Les cinq ans de "Laudato Si"

« Il y a plus de cinquante ans, quand le monde vacillait au bord d'une crise nucléaire, le pape Jean XXIII a écrit une encyclique dans laquelle il ne se contentait pas de rejeter une guerre, mais a voulu transmettre une proposition de paix. Il a adressé son message"Pacem in terris" aux "fidèles de l'univers", mais il ajoutait "ainsi qu'à tous les hommes de bonne volonté". A présent, face à la détérioration globale de l'environnement, je voudrais m'adresser à chaque personne qui habite cette planète. Dans mon exhortation Evangelii gaudium, j'ai écrit aux membres de l'Eglise en vue d'engager un processus de réforme missionnaire encore en cours. Dans la présente encyclique, je me propose spécialement d'entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune ». Pape François

L'exhortation du Pape a cinq ans et n'a pas pris une ride !

Rappelez-vous, nous avions commencé à la découvrir et à « l'étudier » en paroisse ces derniers mois... Le confinement et ses conséquences ont repoussé tout cela... Nous poursuivons le chemin... 

« Tout est lié » : notre respect de la vie doit concerner la vie à naître et la vie finissante, la vie des pauvres et aussi celle de la Terre !

Nous en reparlerons lors de notre rentrée pastorale ce dimanche 20 septembre !

Dans la joie même de notre baptême, nous pourrons nous demander comme faire le lien entre notre conversion pastorale et la conversion écologique ? Les saints ont toujours voulu répondre aux grands problèmes de leurs temps : Dom Bosco avec les jeunes de Turin et Mère Térésa avec les mourants de Calcutta ! Et que dire de Saint Vincent Ferrier ? Il vivait déjà de "Laudato Si" avec son appel à la conversion des coeurs !

Qu'est-ce qu'une sainteté environnementale au service de la Terre !

Le Vert est la couleur emblématique des mouvements écologiques, tandis que pour l'Eglise, le vert est la couleur liturgique du Temps ordinaire qui appelle à demeurer dans l’espérance « toujours et partout ». Il ne peut y avoir d’opposition entre les deux aspirations, parce que tout est lié. Il nous faut devenir à la fois « disciples-missionnaires » et « disciples-Laudato Si’ » pour tenir la cohérence de notre foi et de notre espérance !

Vivement dimanche prochain !

P. Patrice Marivin