Lors de l'audience générale du 19 février, place Saint-Pierre, le pape François, en présence de quelque 20.000 personnes a donné une catéchèse toute consacrée au sacrement de la pénitence et de la réconciliation, en souligant que c'est le lieu de l'expérience de la "miséricorde infinie de Dieu".

Cela fait combien de temps que tu n'y es pas allé ? Courage, va te confesser!

Ne perd pas une journée de plus, vas-y, et le prêtre sera bon" 

"Dans la célébration de ce sacrement, le prêtre ne représente pas seulement Dieu mais toute la communauté, qui se reconnaît dans la fragilité de chacun de ses membres et qui l'accompagne sur son chemin de conversion et de maturation humaine et chrétienne.

On peut dire : je ne me confesse qu'à Dieu. Oui, tu peux dire à Dieu « pardonne-moi » et lui dire tes péchés, mais nos péchés sont aussi contre nos frères, contre l'Église. C'est pour cela qu'il est nécessaire de demander pardon à l'Église, à nos frères, dans la personne du prêtre."

« Mais, Père, j'ai honte... ». La honte aussi est bonne, c'est sain d'avoir un peu honte, parce qu'avoir honte est salutaire. Dans mon pays, quand quelqu'un n'a pas honte, on dit qu'il est « sans vergogne », un « sin verguenza ». Mais la honte aussi nous fait du bien, parce qu'elle nous rend plus humbles et le prêtre reçoit cette confession avec amour et tendresse et il pardonne au nom de Dieu."

Au contraire, la confession à quelqu'un qui a reçu ce ministère fait du bien : "D'un point de vue humain aussi, pour se soulager, il est bon de parler avec son frère et de dire au prêtre ces choses qui pèsent tellement sur mon cœur. Et on sent qu'on s'épanche auprès de Dieu, auprès de l'Église, auprès de notre frère. N'ayez pas peur de la confession ! Quand on fait la queue pour se confesser, on sent tout cela, et la honte aussi, mais après quand la confession est terminée, on sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C'est cela qui est beau dans la confession !"

"C'est Jésus qui est là, et Jésus est meilleur que les prêtres, Jésus te reçoit avec beaucoup d'amour. Sois courageux et va te confesser !"

Le pape a conclu sur la joie de Dieu qui fait miséricorde, en disant que le sacrement de la confession, "c'est l'étreinte de l'infinie miséricorde du Père": "chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous serre dans ses bras, Dieu fait la fête !"

Le Pape François a présidé ce vendredi la célébration de la pénitence en la Basilique Saint-Pierre.

Lors de cette cérémonie pontificale qui marque le début de l’initiative mondiale “24 heures pour le Seigneur”, c’est le passage évangélique de la femme adultère (Jn 8, 1-11) qui a été proclamé. Un passage à propos duquel saint Augustin écrit, dans son Commentaire sur l’Évangile de saint Jean: « Il ne resta seulement qu’elles deux : la misère et la miséricorde ». Cette phrase a servi de fil conducteur à l’homélie prononcée par le Saint-Père.

De sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Moi si j'avais commis tous les crimes possibles
Je garderais toujours la même confiance
Car je sais bien que cette multitude d'offenses
N'est qu'une goutte d'eau dans un brasier ardent.

Oui, j'ai besoin d'un coeur, tout brûlant de tendresse
Qui reste mon appui et sans aucun retour
Qui aime tout en moi et même ma faiblesse
Et ne me quitte pas, ni la nuit ni le jour.

Non, je n'ai pu trouver nulle autre créature
Qui m'aimât à ce point et sans jamais mourir,
Car il me faut un Dieu qui prenne ma nature
Qui devienne mon frère et qui puisse souffrir.

Je ne sais que trop bien que toutes nos justices
N'ont devant ton regard pas la moindre valeur
Et pour donner du prix à tous mes sacrifices
Oui je veux les jeter jusqu'en ton divin coeur.

Non, tu n'as pas trouvé créature sans tache
Au milieu des éclairs, tu nous donnas ta Loi
Et dans ton coeur sacré, Ô Jésus, je me cache
Non je ne tremble pas car ma vertu c'est Toi.

Perles d'Amour de Sainte Thérèse

Vivre d'amour, c'est donner sans mesure,
Sans réclamer de salaire ici-bas.
Ah ! sans compter je donne, étant bien sûre
Que lorsqu'on aime on ne calcule pas.

Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même.
Le Christ est mon amour, il est toute ma vie.
Je ne puis craindre un Dieu qui s'est fait pour moi si petit…
Car il n'est qu'amour et miséricorde.

Oh ! que notre religion est belle,
au lieu de rétrécir les coeurs, comme le croit le monde,
elle les élève et les rend capables d'aimer,
d'aimer d'un amour presque infini,
puisqu'il doit continuer après cette vie.

de Saint Jean Chrysostome (vers 345-407), évêque d'Antioche puis de Constantinople, docteur de l'église

7ème Homélie sur la conversion

“ A moi, autrefois blasphémateur et persécuteur..., il m'a été fait miséricorde ” (1Tm 1,13) : la conversion de St Paul.

Il faut que nous gardions toujours à l'esprit combien tous les hommes sont entourés de tant de témoignages du même amour de Dieu.
Si sa justice avait précédé la pénitence, l'univers aurait été anéanti.
Si Dieu avait été prompt au châtiment, l'Eglise n'aurait pas connu l'apôtre Paul ; elle n'aurait pas reçu un tel homme dans son sein.

C'est la miséricorde de Dieu qui transforme le persécuteur en apôtre ; c'est elle qui change le loup en berger, et qui a fait d'un publicain un évangéliste (Mt 9,9).
C'est la miséricorde de Dieu qui, touchée de notre sort, nous a tous transformés ; c'est elle qui nous convertit.

En voyant le goinfre d'hier se mettre aujourd'hui à jeûner, le blasphémateur de jadis parler de Dieu avec respect, l'ignoble d'autrefois n'ouvrir sa bouche que pour louer Dieu, on peut admirer cette miséricorde du Seigneur.

Oui, frères, si Dieu est bon envers tous les hommes, il l'est particulièrement envers les pécheurs.

Voulez-vous même entendre quelque chose d'étrange du point de vue de nos habitudes, mais quelque chose de vrai du point de vue de la piété ?

Ecoutez : tandis que Dieu se montre exigeant pour les justes, il n'a pour les pécheurs que clémence et douceur.
Quelle rigueur envers le juste !
Quelle indulgence envers le pécheur !
Telle est la nouveauté, le renversement, que nous offre la conduite de Dieu...
Et voici pourquoi :
Effrayer le pécheur, surtout le pécheur obstiné, ce serait le priver de toute confiance, le plonger dans le désespoir ;
flatter le juste, ce serait émousser la vigueur de sa vertu, le faire se relâcher de son zèle.

Dieu est infiniment bon !
Sa crainte est la sauvegarde du juste, et sa clémence retourne le pécheur.

Cathédrale Saint-Pierre de Vannes

Ouverte tous les jours de 8h30 à 19h00 sans interruption.

Presbytère : 22 Rue des Chanoines
Tél : 02 97 47 10 88
Permanences d'accueil :
du lundi au vendredi (sauf l'été)
9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30
Le samedi de 9h30 à 12h00

L'équipe pastorale

logo guide michelin 2019   Pour la 3è année, la Cathédrale de Vannes reçoit une étoile au Guide vert Michelin 2019,  pour indiquer aux touristes et aux visiteurs qu'elle mérite le détour.

Diocèse de Vannes

site internet : http://www.vannes.catholique.fr

Maison du Diocèse
55 rue Monseigneur Tréhiou
CS 92241 – 56007 Vannes Cedex

Evéché : 14, rue de l’Evêché – CS 82003
56 001 VANNES Cedex

Nous contacter :
Pour toutes questions, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top